Plur'ielles : Forum lesbien, bi, trans, queer et +
Bienvenue sur Plur'ielles Smile !

Marre des sites de rencontre où rien de profond ne s'échange, envie d'un endroit virtuel où vous vous sentez "chez vous", avec du vrai contenu et où vous pouvez tisser de nouvelles amitiés, parler de tout avec plusieurs centaines de membres de toute la francophonie, en toute sécurité ? Vous êtes au bon endroit !

Plur'ielles (ex "Le Monde est Lesbien") compte plus de 2300 membres, près de 300 000 messages échangés et plus de 100 posts publics par jour. C'est une safe zone où femmes, trans, genderfluids et non-binaires sont libres de s'exprimer en toute liberté et de rencontrer de nouvelles personnes en se basant sur le fond... et pas uniquement sur la forme.

Êtes-vous prêt.e pour l'aventure Wink ?
Connexion
Derniers sujets

Partagez
Aller en bas
avatar
Localisation : Sur la Lune.
Age : 18
Genre : Cis
Messages : 53
Date d'inscription : 22/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Jeu 23 Aoû - 0:21
Bonsoir,

« Le polyamour se définit comme « l’orientation relationnelle présumant qu'il est possible [et acceptable] d'aimer plusieurs personnes et de maintenir plusieurs relations amoureuses et sexuelles à la fois, avec le consentement des partenaires impliqués, […] et qu'il est souhaitable d'être ouvert et honnête à leur propos ».

Que pensez-vous de cette orientation amoureuse ?

Si un jour votre compagne vous annonce, qu'elle se sent - se définit comme étant polyamoureuse,
comment aborderiez-vous cette annonce, comment la vivriez-vous ?
avatar
Administratrice
Localisation : Belgique
Age : 29
Genre : Extraterrestre
Messages : 1426
Date d'inscription : 05/09/2011
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.plur-ielles.com

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Jeu 23 Aoû - 0:49
Bonsoir Manen,

Dans un état de droit, dans une partie du globe où l'individualisme et les libertés sont des concepts élevés au rang de principes sociétaux fondamentaux, chacun.e a toute l'indépendance de choisir le mode de relation qu'il/elle souhaite pour lui/elle-même. Dès lors, quand bien même ce mode n'est pas du tout celui dans lequel s'inscrit ma vision du couple, je n'en pense fondamentalement pas grand-chose.

Cependant, pour moi-même, je considère cette option inenvisageable, ma conception du couple étant en inadéquation avec ce mode relationnel. Le partage est un principe positivement connoté et on peut à peu près tout partager, mais j'estime, pour ma part, que dans le cadre d'un couple, l'intimité, le corps, le coeur et sa partenaire, non. Dès lors, si la femme qui partage ma vie me dit se définir polyamoureuse, cela pourrait sonner le glas de notre histoire.

_________________
Aucun chemin fleuri ne conduit à la gloire.
avatar
Localisation : Montpellier
Age : 21
Genre : Extraterrestre
Messages : 128
Date d'inscription : 29/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Jeu 23 Aoû - 2:38
Je pense que chaque personne est libre de vivre comme elle l'entend.
Cela ne correspond absolument pas à ma conception de l'amour, je ne pense pas être capable d'aimer plusieurs personnes en même temps ou même accepter que ma partenaire le puisse mais ce n'est pas pour autant que j'ai développé un avis négatif à ce sujet. Du moment que les deux personnes sont en accord avec elles-mêmes, alors, je n'y vois aucun inconvénient.
De mon côté, si ma partenaire me confiait qu'elle était polyamoureuse, ma relation avec elle se terminerait dès son annonce. Non pas parce que je la jugerai, mais bel et bien parce que je ne me sens pas capable d'assumer un tel tournant dans mon couple et que je ne réussirai pas à lui offrir ce mode de vie. Plutôt que de mentir et m'abstenir en faisant croire que le vivrai bien, je favoriserai la communication et je pense que cela serait d'un commun accord que nous sommes juste pas faites l'une pour l'autre.

Si je me sens capable de partager mon donuts favori, je me sens pas capable de partager mon cœur, encore moins mon amour. Il y a des limites aux choses de mon point de vue et je ne parviendrai pas à accepter de partager l'intimité de ma femme ; pour moi, en amour, le sexe est une connexion unique de deux personnes.

Voilà Copains
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Dim 7 Oct - 16:26
C'est chouette de ne pas entendre les remarques habituelles et de voir du respect chez chacune. = ) Juste:

Sheena. a écrit:Si je me sens capable de partager mon donuts favori, je me sens pas capable de partager mon cœur, encore moins mon amour. Il y a des limites aux choses de mon point de vue et je ne parviendrai pas à accepter de partager l'intimité de ma femme ; pour moi, en amour, le sexe est une connexion unique de deux personnes.

Si tu respectes les polyamoureux, tu peux aller plus loin en acceptant le principe que l'amour, le sexe, est une connexion unique entre des personnes, mais que toi n'en éprouve qu'une. Parce que ça sonne un peu comme quand on dit qu'on "accepte, respecte les gens homosexuels, par contre, pour moi, en amour, le sexe est une connexion unique entre un homme et une femme". C'est un peu renier ce qui existe, en affirmant que tu n'es pas d'accord avec les gens qui font autrement, implicitement. Même si ce n'est certainement pas méchant. Ce qui ne t'empêche pas d'avoir ton orientation amoureuse personnelle. Wink

___________________________

Si ma compagne me l'annonce et bien je lui dirai que.. moi aussi! Je me suis découverte tardivement polyamoureuse... alors qu'en fait je l'ai toujours été. J'avais plusieurs amoureuses au collège/lycée, mais la "loi morale" interdisant l'amour simultané me faisait choisir intellectuellement qu'une seule personne par période. Un coup c'était Gertrude que j'aimais, l'autre jour c'était Nathalie, le mois suivant je revenais à Gertrude...

En grandissant, en couple mono-exclusif, j'ai toujours été attirée par d'autres personnes auprès de qui j'avais envie de vivre une rencontre amoureuse, et il n'était pas improbable qu'après une rupture, le jour suivant je puisse tombe amoureuse d'une autre alors que je n'avais pas fait le deuil de ma relation précédente. Sauf que j'étais fidèle et loyale, donc je m'empêchais de développer une relation avec ces personnes, même si je leur plaisais réciproquement, ce qui fait que je ne pouvais pas vivre mes amours plurielles. Et même, les règles exclusives provoquaient chez moi des crises de jalousie intenses qui me faisaient du mal (du fait que la personne n'était pas loyale/fidèle plus qu'elle n'allait vers d'autres personnes).

La mono-exclusivité m'a de plus en plus oppressée parce qu'elle n'était pas en cohérence avec mes valeurs par rapport à mes ressentis réels ou la façon dont je voulais considérer les femmes avec qui j'étais. Dire à une femme que je n'aime qu'elle alors que j'en aime aussi une autre, c'était impossible à avouer (je l'ai fait une fois, jamais renouvelée vu la réaction Very Happy ), donc je mentais à mes partenaires en me mentant à moi-même. Hors, j'ai horreur du mensonge. En prime, je leur interdisais la même chose alors que je n'en avais pas envie. J'aimais de moins en moins l'idée de restreindre les libertés de tout le monde pour un concept moral qui n'était pas valable dans ma situation.

J'ai donc alterné des périodes de célibat avec plusieurs rencontres/relations, et des périodes en couple libertin (pas d'exclusivité sexuelle). Mais ça ne me convenait toujours pas parce que d'abord, les gens étaient jaloux. Deuxième parce que les valeurs du libertinage n'étaient toujours pas cohérentes avec les miennes (restriction de ma liberté, amour sans désir de possession, hiérarchie dans les relations, interdit d'avoir des sentiments amoureux pour d'autres etc...). Troisièmement, parce que le célibat implique à ce que l'autre pense que je ne veux rien construire avec lui... ce qui est archi faux et empêche les libertés, encore.

Alors un jour j'ai rencontré une femme polyamoureuse sans que je ne sache trop ce que ça veut dire et je me suis mise en relation avec elle. Elle m'a tout expliqué. Je me sentais bien dans une relation à tout niveau pour la première fois. On a rompu pour une autre raison. Et aujourd'hui je suis en relation polyamoureuse avec une femme polyamoureuse où on se sent toutes deux parfaitement amoureuses, heureuses, et épanouies! C'est la relation la plus simple, la plus fluide, la plus élémentaire, respectueuse et pleine d'amour que j'ai pu vivre de toute ma vie.

L'idée ce n'est pas qu'en tant que mono-amoureuse et exclusive, on accepte des relations qui nous font mal. Il n'y a pas lieu de se forcer à vivre une relation avec une polyamoureuse dans ce cas. Mais à l'inverse, une polyamoureuse sera autant malheureuse dans une relation mono. Ajoutons qu'il y aussi des mono-amoureux qui ne sont pas exclusifs et qui vivent de très belles relations avec des polyamoureux ! Ce sont les orientations de chacun qu'il faut respecter.
avatar
Age : 37
Messages : 59
Date d'inscription : 02/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Dim 7 Oct - 16:38
La loyaute en notre société judeo chrétienne est bien plus ancrée qu'on ne le pense.
Je partage en partie de ce que tu penses oui Mrs Robot
avatar
Localisation : "Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!
Age : 44
Genre : Extraterrestre
Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Dim 7 Oct - 18:05
Je crois que je pourrais être les deux... Monogamme ou polyaimante.
J'ai eu un copain (ftm) qui pratiquait le polyamour. En même temps, je me dis que ça doit être bien compliqué, le polyamour... J'ai déjà du mal à gérer ma vie de célibataire endurcie.
Donc par ouverture d'esprit, je dirais pourquoi pas mais dans le fond, je pense que même la monogamie, je ne pourrais plus...
J'ai essayé dernièrement le libertinage. Mais ça non plus, c'est pas plus mon kif que ça. C'est sympa mais... Pfff !
Donc je crois que pour moi, le problème du choix ne se pose plus. Je suis seule et c'est un fait. Plus une souffrance, juste un fait duquel je m’accommode.
avatar
Age : 21
Genre : Cis
Messages : 30
Date d'inscription : 15/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Dim 7 Oct - 23:07
Earth, tu soulèves selon moi une question intéressante : comment concilier et organiser plusieurs relations amoureuses ? Comment accorder à chacune ou chacun le temps nécessaire permettant l'épanouissement de chaque couple ? Est-ce vivre à plusieurs endroits ? Prioriser une relation plus qu'une autre ? Mais dans ce cas là, cette démarche semblerait aller l'encontre du concept même du polyamour. Comment accorder les emplois du temps ? Cela me parait demander une organisation logistique complexe.

De plus, je suppose qu'une relation polyamoureuse requiert quand même de fixer des règles préalables, non ? Par conséquent, il faut en quelque sorte que les autres polyamoureux, du "réseau ainsi formé", adhèrent aux règles des différents autres couples pour être en totale harmonie. La galère...

J'ai une profonde méconnaissance du sujet et donc je ne prétends en aucun cas détenir la vérité absolue... Wink  Mais à première vue, cela me semble être quelques biais ou problématiques qui iraient contre la pérennité de ce type de relation. Je serais d'ailleurs  ravie qu'on puisse m’apporter des points de vue contraires.

En ce qui me concerne, je n'ai absolument rien contre cette démarche, chacun étant libre de vivre sa ou ses relations amoureuses à sa convenance.
Ce n'est simplement pas ma conception du couple et des relations amoureuses, et surtout pas la manière dont je veux les vivre. Par conséquent, cela serait très difficile de poursuivre une relation avec une fille polyamoureuse car notre relation serait obligatoirement fondée sur un déséquilibre où une seule personne y trouverait son compte.
avatar
Age : 37
Messages : 59
Date d'inscription : 02/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Dim 7 Oct - 23:36
Earth je te souhaite que l'amour te surprenne encore.
Nikyia, je suis bien d'accord sur le fait qu'il faut un équilibre pour qu'un couple s'epanouisse et cela commence par s'accorder sur la façon de vivre l'amour.
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Dim 7 Oct - 23:57
Nikiya a écrit:comment concilier et organiser plusieurs relations amoureuses ?

Comment organises-tu ton temps entre ton couple, tes amis, ta famille, ton temps personnel et ton travail? Et bien c'est la même chose. Tu fais en fonction des envies de chacun, des disponibilités de chacun, et des obligations de chacun.

Nikiya a écrit:Comment accorder à chacune ou chacun le temps nécessaire permettant l'épanouissement de chaque couple ?

Idem.

Nikiya a écrit:Est-ce vivre à plusieurs endroits ?

Ça peut. Mais il ne faut pas confondre polyamour et vie conjugale. La relation n'implique pas forcément de vivre avec quelqu'un, ni avec toutes les personnes avec qui nous sommes en relation.

Nikiya a écrit:Prioriser une relation plus qu'une autre ?

Prioriser une relation, c'est un fonctionnement comme on l'appellerait "relation principale" VS "relations non principales". Il y a également des relations polyamoureuses où il n'y a aucune hiérarchie entre les relations, qu'on appelle anarchie relationnelle.

Mais dans ce cas là, cette démarche semblerait aller l'encontre du concept même du polyamour.

Non. Le polyamour est l'orientation amoureuse qui consiste à être capable d'éprouver des sentiments amoureux pour plusieurs personnes. Ça ne traduit en aucun cas la façon dont les personnes vont vivre leurs relations ni comment elles vont s'organiser entre elles.

De plus, je suppose qu'une relation polyamoureuse requiert quand même de fixer des règles préalables, non ?

Non. Certaines personnes fixent des règles entre elles, notamment dans les couples principaux (ex: on n'a pas le droit de ramener quelqu'un chez nous). Moi je n'ai pas de règles. Par contre j'ai des discussions. Sur nos ressentis, nos limites, nos envies, nos désirs, les projets que l'on aimerait construire etc... mais aucun interdit. Par contre on s'est mise d'accord pour dire qu'on était sincère entre nous et que la communication était élémentaire. Ce qui n'est pas une règle en soi, mais un savoir être, un savoir vivre.

Nikiya a écrit:Par conséquent, il faut en quelque sorte que les autres polyamoureux, du "réseau ainsi formé", adhèrent aux règles des différents autres couples pour être en totale harmonie. La galère...

Pas nécessairement. Parce que ce qui concerne deux personnes ne concernent que les deux personnes, et non pas l'ensemble des relations. Chaque relation a son histoire.

Ensuite oui, réfléchir la relation en se détachant de ce qu'on nous a tous appris depuis la naissance, quand bien même des choses ne nous conviennent pas, ça rend les choses plus complexes.. mais pas plus difficiles, ni moins heureuses.

Ajoutons quand même que les mono-exclusifs entre eux ne sont pas forcément cohérent non plus et que ça peut aussi être galère pour une personne qui souhaiterait une relation amicale ou autre et qui entreraient en contact avec eux ou l'une ou l'autre.

De notre côté, on pense que c'est plutôt la relation mono-exclusive qui est galère, mais le but n'est pas de dire qui est le meilleur. Le but c'est de déterminer le meilleur pour soi, et si les polyamoureux sont dans des relations polyamoureuses, c'est probablement parce que c'est bien plus facile à vivre pour nous que les relations mono-exclusives.

Sinon, un domaine dans lequel nous sommes très fort, les polyamoureux, c'est la communication. On parle on parle on parle.... on parle! Aujourd'hui, je connais mieux la personne avec qui je suis en relation depuis quelques mois que des personnes qui l'ont fréquentée durant 10 ans. Pour que des relations polyamoureuses marchent, il faut être capable de discuter, d'écouter, d'être empathique, bienveillant, d'avoir du respect, et de l'amour. Et puis c'est tout. Mais c'est déjà pas mal.
avatar
Localisation : "Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!
Age : 44
Genre : Extraterrestre
Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Lun 8 Oct - 0:08
"Vendu" comme ça, ça a l'air bien...

Je ne peux pas m'empêcher de penser aux musulmans qui peuvent avoir plusieurs épouses s'ils sont capables de leur apporter à toutes autant. Ca n'a rien à voir mais j'ai pensé à ça...
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Lun 8 Oct - 0:17
Earth a écrit:Je ne peux pas m'empêcher de penser aux musulmans qui peuvent avoir plusieurs épouses s'ils sont capables de leur apporter à toutes autant. Ca n'a rien à voir mais j'ai pensé à ça...

Non effectivement ça n'a rien à voir... La polygamie implique qu'un homme ait plusieurs femmes (l'inverse s'appelle polyandrie), et c'est rarement des histoires d'amour réciproques et consenties. Donc je doute qu'il leur apporte autant qu'entre personnes consentantes éprouvant des sentiments réciproques et mutuels.
avatar
Localisation : "Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!
Age : 44
Genre : Extraterrestre
Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Lun 8 Oct - 0:31
Bah ! Y a des bons et y a des cons partout, hein !

Enfin, je ne parviens pas à avoir "une" personne dans ma vie alors plusieurs...
avatar
Age : 21
Genre : Cis
Messages : 30
Date d'inscription : 15/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Lun 8 Oct - 2:07
Mrs.Robot a écrit:Comment organises-tu ton temps entre ton couple, tes amis, ta famille, ton temps personnel et ton travail? Et bien c'est la même chose. Tu fais en fonction des envies de chacun, des disponibilités de chacun, et des obligations de chacun.

Oui sauf que je suis susceptible d'avoir une seule copine à gérer... Pas x + infini. Sachant que le temps n'est pas extensible, c'est une variante assez importante pour organiser un emploi du temps.  D'autant plus qu'une relation amoureuse demande généralement plus d'investissement et de temps qu'une relation amicale ou même familiale. Et en plus tu dis qu'il faut encore davantage communiquer. Partant de ce constat, j'ai du mal à penser que les désirs et envies de chacun puissent être comblés. Que 2 filles aient envie, au même moment, de passer la soirée ou ses vacances avec toi, ou simplement échanger, ne me parait pas être quelque chose de hautement improbable. Il y a forcément une part de compromis et de concessions nécessitant une entente parfaite entre les différentes parties. Encore une fois, il est plus facile de gérer la susceptible frustration d'une seule personne que de 5 autres (ouais j'exagère là ! Smile).

En te lisant, j'ai l'impression que ta réflexion est souvent ramenée au simple périmètre du couple dit "principal", sans prendre en compte l'environnement et facteurs extérieurs (autres relations). Comme si toutes ces relations allaient s'auto-réguler naturellement. Or cette harmonie, dans ce réseau implicite qui se forme, peut être perturbée par une simple personne qui, à un moment donné, ne partage pas la même vision ou les mêmes envies. Celle par exemple dont un jour la jalousie se réveille ou alors celle qui voudrait passer d'une relation secondaire à principale... Sans parler de la compagne d'une relation secondaire. Tout ne me parait pas aussi simple et naturel que tu le prétends. J'entends toutes les qualités humaines que tu mets en avant mais la psychologie humaine est tellement complexe et parfois changeante que rien ne me semble figé.

Sous cette apparente image de liberté, j'ai l'impression qu'il y a obligatoirement des règles implicites et de vraies contraintes... Au final, je pense que ce sont simplement 2 modes de pensées et de vie qui s'opposent, avec chacun ses avantages et ses inconvénients. Comme tu le dis, il faut juste s'orienter vers ce qui nous comble !
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Lun 8 Oct - 9:22
Nikiya a écrit:Oui sauf que je suis susceptible d'avoir une seule copine à gérer... Pas x + infini. Sachant que le temps n'est pas extensible, c'est une variante assez importante pour organiser un emploi du temps.

Être polyamoureux ne signifie pas avoir un harem d'amoureux. Contrairement aux monos, nous ne nous limitons juste pas à notre attirance, nous nous autorisons les relations qui peuvent en découler, nous nous permettons de vivre l'émotion, qu'elle soit sexuelle, amoureuse, ou les deux. Il est donc évident que dans le cadre de ces diverses relations, nous faisons selon nos rencontres, nos envies, nos disponibilités. Le maximum de relation que j'ai pu entretenir jusqu'à maintenant était au nombre de deux, et je n'y voyais rien de complexe.

Nikiya a écrit:D'autant plus qu'une relation amoureuse demande généralement plus d'investissement et de temps qu'une relation amicale ou même familiale. [...]Que 2 filles aient envie, au même moment, de passer la soirée ou ses vacances avec toi, ou simplement échanger, ne me parait pas être quelque chose de hautement improbable.

Ça c'est ta façon d'envisager tes relations. Et effectivement, si ton couple mono est le centre de ta vie, difficile de laisser place à d'autres formes de relation. Ce n'est pas mon cas. J'accorde autant d'importance et d'investissement à toutes mes relations, qu'elles soient amoureuses, amicales ou familiales.

Une base essentielle c'est d'être indépendant. Je suis indépendante, tout comme les personnes que je fréquente généralement. Ça veut dire que nous savons aussi vivre notre vie et vivre par nous-même, nous ne demandons pas à ce que la personne nous accorde 80% de son temps et de son énergie, ça c'est une logique mono. parce que nous respectons les libertés et obligations individuelles de chacun. Donc si j'ai envie de voir telle personne et qu'elle n'est pas disponible, je ne me sentirai pas rejetée, ni moins aimée, et je saurai m'organiser autrement.

Nikiya a écrit:Et en plus tu dis qu'il faut encore davantage communiquer. Partant de ce constat, j'ai du mal à penser que les désirs et envies de chacun puissent être comblés.

C'est ton opinion. Ça ne nous empêche pas de communiquer, et d'être heureux.

Nikiya a écrit:Il y a forcément une part de compromis et de concessions nécessitant une entente parfaite entre les différentes parties. Encore une fois, il est plus facile de gérer la susceptible frustration d'une seule personne que de 5 autres (ouais j'exagère là ! Smile).

Dans une logique mono... oui, ce doit être difficile. Sauf que nous n'avons pas une logique mono, et comme je l'ai dit, nous ne demandons pas à être le centre de la vie d'une personne, nous considérons son individualité. Pour ce qui est de l'entente... nous... communiquons. Et c'est simple et facile quand les personnes sont empathiques, bienveillantes, respectueuses et aimantes.

En te lisant, j'ai l'impression que ta réflexion est souvent ramenée au simple périmètre du couple dit "principal", sans prendre en compte l'environnement et facteurs extérieurs (autres relations).

Premièrement, le couple principal n'est pas le polyamour. C'est une façon de le vivre. Dixit l'anarchie relationnelle. Sinon, être polyamoureux ce n'est pas faire ce qu'on veut et s'en foutre des sentiments de chacun, au contraire. Ça demande  (encore) beaucoup de communication, d'empathie, de bienveillance, d'amour et de respect. Et comme dans toutes les relations, il peut y avoir des incompréhensions, des disputes. Être polyamoureux ça ne veut pas dire que tous les relations sont parfaites. J'ai déjà cessée une relation en tant que polyamoureuse quand la dissonance est trop forte.

Nikiya a écrit:Comme si toutes ces relations allaient s'auto-réguler naturellement.

On s'auto-régule plus facilement que les monos, oui. Parce qu'on prend en compte les individualités et les libertés, et que nous n'éprouvons pas de désir de possession. Nous considérons aussi que les personnes sont adultes, responsables, et autonome.

Or cette harmonie, dans ce réseau implicite qui se forme, peut être perturbée par une simple personne qui, à un moment donné, ne partage pas la même vision ou les mêmes envies.

Si elle ne partage pas la même vision et les mêmes envies, rien ne nous oblige à continuer la relation.

Celle par exemple dont un jour la jalousie se réveille ou alors celle qui voudrait passer d'une relation secondaire à principale...

Encore une fois, tu penses dans une logique mono, où la finalité d'une relation est de devenir la personne la plus importante, au dessus des autres, et d'être le centre de la vie de quelqu'un.

Tout ne me parait pas aussi simple et naturel que tu le prétends. J'entends toutes les qualités humaines que tu mets en avant mais la psychologie humaine est tellement complexe et parfois changeante que rien ne me semble figé.

C'est simple et naturel pour moi. Ça ne l'est certainement pas pour toi, et il est évident qu'il sera difficile pour une mono de s'y accomoder. Parce qu'être polyamoureux c'est tout un état d'esprit, que je ne peux décliner ici en quelques postes, alors que Françoise Simpere a écrit deux bouquins dessus: Aimer plusieurs hommes, Guide des Amours plurielles, sans parler de "La Salope éthique" de Dossie Easton et Janet Hardy.

Sous cette apparente image de liberté, j'ai l'impression qu'il y a obligatoirement des règles implicites et de vraies contraintes...

Et bien.. non. Parce que nous sommes libres, en l’occurrence, et que nous partageons sensiblement les mêmes valeurs.

Au final, je pense que ce sont simplement 2 modes de pensées et de vie qui s'opposent, avec chacun ses avantages et ses inconvénients. Comme tu le dis, il faut juste s'orienter vers ce qui nous comble !

Absolument.
avatar
Localisation : "Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!
Age : 44
Genre : Extraterrestre
Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Lun 8 Oct - 10:52
Mais... Mrs Robot, pourquoi est-ce que tu généralises à toutes les personnes pratiquant le polyamour tes valeurs et tes pensées ? Ce sont les tiennes et même si pour être polyamoureux, il faut tendre vers ça, c'est impossible de généraliser à ce point là, non ? "empathiques, bienveillantes, respectueuses et aimantes"

Puis si je peux me permettre, je sens une scission, une fracture entre poly et mono, tout comme on l'a tant subi à l'époque entre cis et trans ou encore en homo et bi.

Ne jamais généraliser pour qui que ce soit, c'est très important pour éviter les malentendus, je pense.

Bisous
avatar
Localisation : Quelque part
Age : 31
Messages : 1018
Date d'inscription : 26/08/2014
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Lun 8 Oct - 13:02
Pour moi c'est monogamie la fidélité,une relation sérieuse dans un couple c'est la base avec la confiance c'est tout ce qu'il a de plus beau...
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 0:25
Earth a écrit:Mais... Mrs Robot, pourquoi est-ce que tu généralises à toutes les personnes pratiquant le polyamour tes valeurs et tes pensées ?


Parce que je sais de quoi je parle? Parce que le polyamour est tout est un état d'esprit, ce n'est pas une organisation de couple. Et l'amour, le respect, la bienveillance et l'empathie en font partie.

Ensuite, on me demande comment ça peut marcher. Donc il est évident que je donne les clés de compréhension pour que ça marche, pas pour que ça foire.

Puis si je peux me permettre, je sens une scission, une fracture entre poly et mono, tout comme on l'a tant subi à l'époque entre cis et trans ou encore en homo et bi.

Ce n'est pas moi qui fait le procès du polyamour depuis quelques messages. Je réponds simplement aux questions, si elles étaient honnêtes, à presque aucun moment je ne fais référence à la monogamie ou pourquoi moi je trouve que ça pue et pourquoi c'est impossible à le vivre sur du long terme. D'autant que j'explique simplement que chacun doit vivre selon leur orientation et que l'un ou l'autre ne se sentiront pas épanouis s'ils vont dans le sens contraire, ce pourquoi tu ne peux pas transposer tes idées monogames sur du polyamour. Ça ne marchera pas.

Maintenant, il est évident qu'il y a des différences fondamentales entre poly et mono. Sinon, les polys pourraient être mono et inversement.

Ne jamais généraliser pour qui que ce soit, c'est très important pour éviter les malentendus, je pense.

J'avais pourtant l'impression qu'on faisait des généralités sur une façon de voir le polyamour en décrivant des situations qu'on ne connait pas.

En fait, si le seul but est de décrédibiliser le polyamour, alors aucune raison d'en discuter, je ne cherche pas à convaincre, mais à expliquer quelque chose que visiblement on méconnait.

Auré a écrit:Pour moi c'est monogamie la fidélité,une relation sérieuse dans un couple c'est la base avec la confiance c'est tout ce qu'il a de plus beau...

Donc les relations polyamoureuses ne sont pas des relations sérieuses où peut s'installer la confiance? Penses-tu que les polyamoureux sont incapables de loyauté ou de fidélité?
avatar
Localisation : "Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!
Age : 44
Genre : Extraterrestre
Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 0:37
Désolée mais je te trouve hyper violente envers Nikiya alors que c'est à moi que tu réponds...

T'es tellement plus que ça... Tu fais quoi là ? Calme toi... Ni elle ni moi n'avons voulu t'énerver ou faire le procès de quoi que ce soit.

Mais si je sens que tu es un poil trop fan de ton truc, j'ai le droit de te le dire gentiment, non ?
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 0:45
@Earth: Erreur de lecture de ma part, je pensais que c'était la même personne. J'ai corrigé.

Ni elle ni moi n'avons voulu t'énerver ou faire le procès de quoi que ce soit.

Mais pourtant c'est le cas. Et c'est toujours la même quand on vit des choses différentes de la norme. On cherche à nous prouver pourquoi c'est nul ou pourquoi ça ne marche pas ou pourquoi c'est mieux de ne pas être comme ça, alors que les gens eux même n'y connaissent rien et ne le pratique pas. Ils parlent de choses dont ils ne savent rien, plutôt que de poser des questions honnêtes qui leurs permettraient de leur ouvrir l'esprit et de s'intéresser à autre chose que ce qu'ils connaissent.

Et finalement, quand on essaye de faire comprendre comment ça marche, en prenant le temps (non parce que, ça pompe de l'énergie de répondre au procès, mine de rien), qu'on leur présente des arguments, alors la seule réaction c'est de rejeter l'idée plutôt que de tenter de la comprendre parce qu'il ne partage pas la même vision.

La seule violence qu'on peut percevoir dans mes propos c'est de présenter un mode de pensée contraire. A aucun moment je ne juge de la relation des autres, ni la façon dont ils aiment, ce qui, j'ai l'impression, n'est pas le cas dans la situation inverse.
avatar
Age : 21
Genre : Cis
Messages : 30
Date d'inscription : 15/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 1:51
Mrs. Robot, je suppose que cette dernière réponse s'adressait en partie à moi. A aucun moment, je n'ai voulu faire le procès à charge du polyamour, ni te convaincre que cela ne menait à rien.

Certes, je n'y connais rien... Et même si tu as l'air de penser le contraire, si j'échange avec toi c'est que le sujet m'intéresse. Malheureusement, j'ai aussi le droit de ne pas prendre pour argent comptant tout ce que tu dis, et de faire preuve un peu d'esprit critique. La monogamie ne m'a pas ôté toute capacité de réflexion sur les relations humaines. Comme je te l'ai dit, je respecte ce mode de vie. Simplement, je voulais apporter des nuances à tes réponses, pensant que l'analyse était plus complexe que tu ne la présentais. Tout comme l'analyse d'une relation monogame l'est tout autant ! En aucun cas ce n'était un point final au débat. Mes questions me paraissaient honnêtes... et je pense avoir essayé d'expliquer au mieux la logique qui m'avait amenée à celles-ci. Libre à toi maintenant de penser le contraire.

Je voulais juste débattre et échanger des points de vue, sans agressivité, en toute bienveillance. C'est aussi ça pour moi l'ouverture d'esprit. Du coup, je te prie de m'excuser si mes propos t'ont blessé ou si tu as pu y voir une attaque. Ce n'était absolument pas mon intention.
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 9:43
Nikiya a écrit:Malheureusement, j'ai aussi le droit de ne pas prendre pour argent comptant tout ce que tu dis, et de faire preuve un peu d'esprit critique.

J'entends tes propos Nikiya et ta bonne volonté mais, je vais t'expliquer pourquoi les propos auxquels j'ai répondu peuvent être blessants, et ne sont pas du pur "esprit critique", mais un jugement de valeur, déjà parce que pour faire preuve d'esprit critique, il faut s'être renseignée au préalable un minimum sur le sujet, en se dissociant de ses émotions personnelles et de ses préjugés. Cette simple phrase:

Mais dans ce cas là, cette démarche semblerait aller l'encontre du concept même du polyamour.

Me fais comprendre que tu ne t'es pas vraiment renseignée sur le sujet. Donc que tu ne peux pas un esprit critique sur la question, mais une simple vision personnelle.

Mes questions me paraissaient honnêtes...

Tes questions sont peut-être honnêtes, mais elles sont dirigées, dans le sens où tu penses que le polyamour ne peut fonctionner et que tu poses les questions qui montreraient que cela pose problème.

Partant de ce constat, j'ai du mal à penser que les désirs et envies de chacun puissent être comblés.

Tu pars du principe que les relations que je mène, et que d'autres mènent, ne comblent pas les désirs et les envies de chacun. Et j'imagine que tu penses,à contrario, que la monogamie, si?

A quel moment se donne-t-on le droit de juger si l'amour que les autres ressentent ou les relations qu'ils mènent ne peuvent être épanouissantes? Ou autrement, à quel moment je et les autres demandent à ce que les autres donnent leur opinion sur notre façon d'aimer ou de vivre nos relations? Que penses-tu des gens qui disent que "Je ne pense pas que l'amour entre femmes puissent être du vrai amour"?

En te lisant, j'ai l'impression que ta réflexion est souvent ramenée au simple périmètre du couple dit "principal", sans prendre en compte l'environnement et facteurs extérieurs (autres relations).

Tu parles, à nouveau, de couple principal, alors que je t'ai expliqué que ce n'était qu'une façon de s'organiser, qu'il existe notamment l'anarchie relationnelle. T'es-tu renseignée pour réfléchir sur cette question avec les éléments que je t'apporte?

De plus, je suppose qu'une relation polyamoureuse requiert quand même de fixer des règles préalables, non ? Par conséquent, il faut en quelque sorte que les autres polyamoureux, du "réseau ainsi formé", adhèrent aux règles des différents autres couples pour être en totale harmonie. La galère...

Tes arguments sont caducs, puisqu'ils partent d'un principe non prouvé (mais que tu ériges en vérité, celle que j'ai mis en gras), pour affirmer tes propos (entre autre, que c'est galère).

Or cette harmonie, dans ce réseau implicite qui se forme, peut être perturbée par une simple personne qui, à un moment donné, ne partage pas la même vision ou les mêmes envies.

Tu fais part d'une situation en négative qui nécessairement va aller dans le sens de ton propos: Il est évident qu'une personne qui ne partage pas la même vision et les mêmes envies que les autres va aller contre les autres... mais ce n'est pas le principe que d'être en relation avec des personnes qui ne partagent pas la même vision ou les mêmes envies.

Sous cette apparente image de liberté, j'ai l'impression qu'il y a obligatoirement des règles implicites et de vraies contraintes...

Ce qui signifie : Même si tu fais part du vécu des polys, je pense quand même que j'ai raison.

Mais à première vue, cela me semble être quelques biais ou problématiques qui iraient contre la pérennité de ce type de relation.

Tu juges de nouveau, par des arguments que, peut-être, tu estimes critiques (mais je t'ai expliqué pourquoi je ne le pense pas), que les relations que je mène et que d'autres mènent ne sont pas voués à durer sur le long terme, pas parce que les gens ne seront pas comblés, heureux, ou qu'ils ne sauront pas faire avec le temps qui leur sont accordés, mais parce que moi je suis polyamoureuse, et que toi tu es monoamoureuse et exclusive. Et ça je le sais rien qu'avec ce propos:

Ce n'est simplement pas ma conception du couple et des relations amoureuses, et surtout pas la manière dont je veux les vivre.

Alors qu'à aucun moment on ne demande au mono d'être poly.

Oui, les relations que je mène sont diverses... et heureuses. J'ai été la "secondaire" dans un couple principal, à aucun moment je n'en ai souffert ou ai voulu prendre la place du principal. J'ai découvert le partenaire de la personne pour qui j'éprouvais des sentiments et je l'ai trouvé formidable. Nous avons passés du temps ensemble, des rires, des joies, des moments intimes où on partageait nos histoires, sans rivalité, sans jalousie, sans désir de posséder, et ça, pour moi, c'était de l'humanité. Je suis comblée d'amour, de bonheur, quand une personne me dit qu'elle ressent tout l'amour que je lui porte et qu'elle ne s'est jamais sentie aussi heureuse que maintenant, ici, libre de m'aimer, libre d'aimer, libre d'être aimée.

J'ai rencontré à contrario des personnes monos pour qui j'avais des sentiments et qui en avaient pour moi... mais dont je n'avais pas la liberté d'aimer parce que cette personne était en couple mono, ou moi en couple mono, et la souffrance y était infinie: je vous interdis de vous aimer. La plus grande souffrance n'est pas de ne pas trouver le temps (le temps on le trouve, quand on aime), ni de vouloir être prioritaire sur les autres (je veux que les personnes que j'aime soient heureuses!).

La plus grande souffrance d'un poly, c'est de ne pas être libre de ressentir ses émotions, ses envies d'affection, l'amour qu'il éprouve pour des personnes uniques, extraordinaires, qui les touchent profondément dans leur être, avec qui il voudrait pouvoir exprimer tout ce qu'il ressent pour elles, les rendre heureuses et se rendre heureux par l'amour qu'ils ressentent réciproquement, partager cet amour, donner cet amour, remplir de bonheur par cet amour, mais ne pas avoir le droit de le faire par des obligations et des devoirs d'exclusivité. C'est, en tout cas, ce qui m'a rendu malheureuse, et c'est le témoignage de beaucoup d'autres que moi (et c'est le principe de cette orientation amoureuse, que de ne pas contrôler cet infini amour que nous pouvons partager auprès de plusieurs personnes).
avatar
Localisation : "Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!
Age : 44
Genre : Extraterrestre
Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 12:41
Moi aussi, je pourrais décortiquer chaque mot, chaque paragraphe pour y chercher la petite bête. Mais quel est le but alors qu'on te crie ne pas avoir voulu juger, ne pas avoir voulu t'agresser ???
En plus, perso, je n'ai personne à convaincre et je me fous royalement que la personne en face de moi soit homo, bi, trans, cis, poly, mono... Ce n'est pas ça qui fait ce qu'elle est.

On est sur un topic ouvert à toutes et tous, même à ceux qui n'y connaissent pas grand chose et qui pour autant on un droit de parole (dans ces cas là sûrement maladroit), ne serait-ce que pour se questionner sur soi même, découvrir et se positionner. Faut 'il pour pouvoir parler de ce sujet avoir lu trois bouquins sur le thème au préalable pour avoir "grâce à tes yeux" ? Je ne le pense pas.

Moi, je vais arrêter là. Mais je trouve profondément dommage, ces derniers échanges stériles où l’accueil et l'envie, la découverte de l'autre n'aura pas eu lieu.

Parler avec quelqu'un d'un sujet qui nous tient à coeur, c'est lui donner la possibilité de s'exprimer (même mal), l'écouter, reformuler éventuellement et si vraiment on souhaite l'amener à penser comme nous alors le faire en douceur; Au moins ça. Mais je n'en vois pas la finalité.
avatar
Localisation : Quelque part
Age : 31
Messages : 1018
Date d'inscription : 26/08/2014
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 14:11
Pour moi polyamour c'est un peu aller voir ailleurs donc infidélité après si c''était clair dés le départ avec la personne
y a pas de soucis donc confiance oui de ce côté là...je ne veux pas juger chacun son style de vie
mais ce n'est pas ce que je voudrais pour moi justement comme j'ai marquer en me répétant(pardon)...
une relation sérieuse ,sans qu'on me trompe,et vivre une belle histoire qui dure longtemps,à vie même
être un couple qui s'aime vraiment...quand je trouverais la femme qui comblera mon bonheur
je serai la femme la plus heureuse du monde
avatar
Localisation : angers
Age : 25
Messages : 4890
Date d'inscription : 29/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 14:57
Personnellement déjà, j'aime bien ce débat

Il est argumenté, expliqué et les questions sont avec des réponses Smile

Je pense que dans tout débat il y a des avis allant dans un sens et dans un autre, mais à aucun moment l'idée serait de jugé l'autre avis, sinon on ne peux pas débattre si c'est pour démonter les points de vue Smile

Du coup, je sais, par exepérience dans mon entourage et non personnelle, que le polyamour existe et qu'il peut fonctionner. Je l'ai vu.
Quand quelqu'un qui le vit en parle, ça fait sens, quand on l'éccoute, même si on adhére pas, j'ai pu comprendre à quel point pour eux c'est une façon de vivre qui les épanouis, eux et les partenaires avec qui ils peuvent être.

Certes, c'est "hors norme" dans notre socièté, mais comme beaucoup de chose en même temps Smile
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 20:16
Moi aussi, je pourrais décortiquer chaque mot, chaque paragraphe pour y chercher la petite bête.

Je t'en prie.

Mais quel est le but alors qu'on te crie ne pas avoir voulu juger, ne pas avoir voulu t'agresser ???

Pour vous aider à vous montrer où se trouve le jugement, où vous pouvez blesser une personne qui vit une autre façon de vivre et vous permettre l'ouverture d'esprit? Quand quelqu'un t'insulte, et qu'il te dit "Je voulais pas t'insulter", du coup ça annule l'insulte? J'aime pas les noirs mais je suis pas raciste?

On est sur un topic ouvert à toutes et tous, même à ceux qui n'y connaissent pas grand chose et qui pour autant on un droit de parole (dans ces cas là sûrement maladroit), ne serait-ce que pour se questionner sur soi même, découvrir et se positionner.

Ah oui, le droit de parole je te l'accorde, cependant, je ne vois pas en quoi ici les questions ont pour but de s'élargir l'esprit. Je le redis: Pour moi c'est simplement une façon de discréditer la façon de vivre des polys. D'ailleurs, il suffit de remplacer dans les questions les mots "polys" et "plusieurs" par "mono" et "unique" pour s'en rendre compte. J'aurai plein de choses à dire sur la monogamie mais tu vois, je ne cherche pas à démontrer que vous ne pouvez pas vous épanouir dans ces relations.

Quand on sous entend que les relations polyamoureuses ne peuvent combler une personne dans ses désirs et ses envies, que ça sous entend que mes relations ne sont pas comblées en envie ou désir, ou quand on sous entend que les polys ne peuvent pas vraiment "approfondir" leur relation ou ne peuvent pas s'investir pleinement, et donc que je ne peux approfondir les miennes ni les investir, juste parce qu'on a décidé que c'était comme ça et que ça pouvait pas être autrement, et bien oui, pardon mais, ça me dérange.

Faut 'il pour pouvoir parler de ce sujet avoir lu trois bouquins sur le thème au préalable pour avoir "grâce à tes yeux" ? Je ne le pense pas.

On lit et on s'informe quand on commence à parler d'esprit critique, de réflexion et d'analyse complexe, oui. Avoir grâce à mes yeux ce n'est pas mon soucis. Si à un moment donné on ne veut pas des informations qu'on fournit pour s'y intéresser vraiment, alors qu'on cherche à voir plus loin, c'est pas moi que ça punit.

Parler avec quelqu'un d'un sujet qui nous tient à coeur,

Le polyamour vous tient à cœur?

Mais je trouve profondément dommage, ces derniers échanges stériles où l’accueil et l'envie, la découverte de l'autre n'aura pas eu lieu.

Je te rejoins. C'est pas comme si j'avais pris part au débat à chacune des questions pour répondre d'un point de vue de poly et apporter des réponses.

Pour moi polyamour c'est un peu aller voir ailleurs donc infidélité après si c''était clair dés le départ avec la personne
y a pas de soucis donc confiance oui de ce côté là...

Ce que tu considères de tromperie en "allant voir ailleurs", c'est le fait que tu sois en relation mono-exclusive, c'est à dire que vous avez posées les règles au départ: on n'a pas le droit d'avoir une relation, ni sexuelle, ni amoureuse avec une autre. Quand une personne rompt ce pacte, il y a tromperie, infidélité, puisqu'elle s'était engagée à respecter cet interdit, d'où le sentiment de trahison. J'ai ressenti très exactement la même chose lorsque j'étais en mono-exclusivité.

Et effectivement, dans les relations polyamoureuses, il y a la possibilité de poser les choses dès le départ (et c'est même recommandé si on veut vivre des relations polys, haha) : j'ai et tu as le droit de pouvoir aimer plusieurs personnes et vivre ces relations. Donc pas d'infidélité,  ni de tromperie à ce niveau. Wink
avatar
Localisation : "Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!
Age : 44
Genre : Extraterrestre
Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Mar 9 Oct - 20:33
Ecoute, je te propose d'en discuter en MP parce que ça devient hors sujet là.

On se juge non plus sur nos idées mais sur la façon des les amener. Il y a de l'énervement ce qui nous pousse à de la mauvaise foi ou à ne pas vouloir voir ce que l'autre à écrit.

Tu parles de respect, de communication, d'empathie, de bienveillance. Et bien commençons par l'appliquer à nous même.

Chacune de nous a répondu au titre de ce topic à savoir "Plutôt polyamour ou monogamie". Il n'y avait au départ pas de "bonne réponse" attendue.

S'il te plaît, restons en là, ici et parlons en ailleurs.
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Jeu 11 Oct - 14:00
@Earth: Autant pour moi, je dois avoir du mal à faire comprendre ma démarche... je m'arrêterai donc ici aussi pour cette question qui n'était pas de fournir la "bonne réponse", mais d'expliquer que l'amour et la façon dont le vivre ne doit pas être le sujet d'une opinion ni d'une critique, mais une façon d'exprimer, de ressentir, d'être, et de vivre, qui reste très personnel et intime. A chacun de trouver sa voie, sa façon à lui d'être heureux, si tant est que nous soyons tous adultes, responsables, consentants, et désireux de le vivre.
avatar
Localisation : "Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!
Age : 44
Genre : Extraterrestre
Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Jeu 11 Oct - 20:54
Copains
Age : 33
Messages : 28
Date d'inscription : 11/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Ven 12 Oct - 18:54
Je trouve ce sujet très intéressant.
Je n'ai jamais vécu le polymour, mais je me suis souvent poser la question.
Je suis donc ouverte sur la question et curieuse.
La vie de couple à deux (que j'ai vécu plusieurs fois), ne me convient pas. Je suis trop libre, indépendante et je préfère vivre chez moi qu'à deux.
Peu être qu'un jour je le vivrai, et là je serrai si cela me conviendrait.

Envoyé depuis l'appli Topic'it
avatar
Administratrice
Localisation : Belgique
Age : 29
Genre : Extraterrestre
Messages : 1426
Date d'inscription : 05/09/2011
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.plur-ielles.com

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Sam 13 Oct - 13:02
Mrs. Robot,

Je souris à tes réponses.

Mrs.Robot a écrit:
Nikiya a écrit:comment concilier et organiser plusieurs relations amoureuses ?

Comment organises-tu ton temps entre ton couple, tes amis, ta famille, ton temps personnel et ton travail? Et bien c'est la même chose. Tu fais en fonction des envies de chacun, des disponibilités de chacun, et des obligations de chacun.

Ta réaction n'est pas tout à fait à propos, selon moi : en tant que polyamoureux/se, il ne s'agit pas d'organiser son temps entre "son couple, ses amis, sa famille, son temps personnel et son travail". Ça, c'est une manière "classique" d'organiser son temps pour quelqu'un qui est en couple avec quelqu'un d'autre. Mais en polyamour, ça ressemblerait plutôt à organiser son temps entre sa relation 1, 2, 3, ses amis, sa famille, son temps personnel, son travail et éventuellement sa relation 4 ou 5. Et parce que, nous, êtres humains, sommes des êtres finis et définis (notre temps, notre énergie, nos moyens, la surface de nos corps, etc., sont définis et ne sont pas infinis), la question de la conciliation et de l'organisation de plusieurs relations amoureuses sont parfaitement pertinente.

Nikiya a écrit:Comment accorder à chacune ou chacun le temps nécessaire permettant l'épanouissement de chaque couple ?

Idem.

Je suis d'avis qu'il ne faut pas dénaturer l'amour, le vider de sa contenance pour se garantir un certain confort et se satisfaire de quelque chose de creux. Chaque relation a besoin d'un certain temps pour son épanouissement et si on repart du fait que nous n'avons que 24h dans une journée, qu'un seul cœur, pas de don d'ubiquité, qu'un seul cerveau et que les gens sont certes différents mais qu'il faut un certain investissement, surtout au départ, pour installer des bases solides et durables à une relation, il ne s'agit pas juste de checker des agendas et de se dire que l'une aura besoin d'autant de minutes et que l'autre aura besoin d'autant de jours... Ce serait, alors, du "polyattachement", pas de l'amour. Quelque chose d'assez superficiel. Par ailleurs, les relations sont dynamiques et ce n'est pas parce que Telle est plus indépendante que L'Autre, qu'elle n'aura, par la suite, pas besoin de plus de présence et d'attention. Une relation amoureuse, ce n'est pas une espèce d'amitié améliorée qu'on jette dans un coin lorsqu'on a autre chose à faire ou que l'on est avec quelqu'un d'autre : c'est quelque chose qui se superpose à tout ce que l'on vit et que l'on vit même lorsque l'on est silencieux. C'est une chose vécue à tout instant et qui requiert de l'investissement... Mais dans notre société de consommation, même si la majorité vit à crédit, on ne peut pas vivre à crédit des moyens de nos coeurs, de notre énergie, de notre temps.

Nikiya a écrit:Est-ce vivre à plusieurs endroits ?

Ça peut. Mais il ne faut pas confondre polyamour et vie conjugale. La relation n'implique pas forcément de vivre avec quelqu'un, ni avec toutes les personnes avec qui nous sommes en relation.

Vient un temps, dans la vie, où l'on a envie de construire des choses. A 20-25 ans, en général, ma foi, on ne se pose pas trop la question d'une base, d'un foyer, d'un équilibre qui puisse dépasser sa petite personne. La question est sensée. Arrivé.e à un certain age, on est avec quelqu'un et on se dit qu'on aimerait vivre ensemble, pourquoi pas acheter une maison et avoir des chiens. Des chats. Ou fonder une famille, avoir des enfants. Ce sont des projets de vie, de couple.

Pragmatiquement et sans jugement, 50 ans, ça ressemble à quoi, un.e polyamoureux/se ? Dans plusieurs maisons, avec des enfants de plusieurs personnes ou aucun,...? Ses projets de vie auront-ils, finalement, tourné autour d'autre chose que sa personne ? De sa vie, qu'est-ce qu'il/elle aura construit (et je souligne le terme pour lui ajouter une certaine masse, histoire qu'on en nous sorte pas "des voyages et des moments heureux", je parle de quelque chose de durable et de battit dans le temps) de véritablement partagé ?

Nikiya a écrit:Prioriser une relation plus qu'une autre ?

Prioriser une relation, c'est un fonctionnement comme on l'appellerait "relation principale" VS "relations non principales". Il y a également des relations polyamoureuses où il n'y a aucune hiérarchie entre les relations, qu'on appelle anarchie relationnelle.

Sans vouloir manquer de constructivité, on appelle aussi "anarchie relationnelle" un désordre général dans une relation et c'est ce que ceci m'inspire Laughing. Trêve de plaisanterie, pour avoir expérimenté 3-4 fois le polyamour (pas de critique dans la méconnaissance, donc), je peux assurer qu'il est pratiquement impossible de ne pas prioriser une relation sur une autre et c'est assez normal : nous avons une relation principale, avec laquelle on a passé du temps, en tête à tête, partagé des choses pendant un certain temps... puis une autre arrive. Nous avons un certain équilibre avec la première relation et nous la priorisons donc assez naturellement sauf retournement de situation particulier (et c'est là qu'on comprend assez aisément que plusieurs histoires à la fois, c'est beaucoup d'insécurités émotionnelles, d'incertitudes et de précarité sentimentale. Est-ce qu'on a envie de ça ? Chacun.e choisi pour lui/elle-même)

De plus, je suppose qu'une relation polyamoureuse requiert quand même de fixer des règles préalables, non ?

Non. Certaines personnes fixent des règles entre elles, notamment dans les couples principaux (ex: on n'a pas le droit de ramener quelqu'un chez nous). Moi je n'ai pas de règles. Par contre j'ai des discussions. Sur nos ressentis, nos limites, nos envies, nos désirs, les projets que l'on aimerait construire etc... mais aucun interdit. Par contre on s'est mise d'accord pour dire qu'on était sincère entre nous et que la communication était élémentaire. Ce qui n'est pas une règle en soi, mais un savoir être, un savoir vivre.

Ce qui sont, en soi, des règles préalables.

Je m'arrêterai là... Smile

_________________
Aucun chemin fleuri ne conduit à la gloire.
avatar
Localisation : "Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!
Age : 44
Genre : Extraterrestre
Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Sam 13 Oct - 16:46
Whaouh, Lord, c'est magnifique ce que tu as écrit /développé. Je savais pas que tu pouvais être touchante, profonde.
C'est très intéressant aussi de voir comment finalement deux caractères différents peuvent réussir à convaincre à partir du moment où ils sont vrais, sincères. Et mono et poly, c'est différent tout en se confondant, en se rejoignant.
Ça reste à creuser, vous amenez toutes les deux des arguments intéressants.
Peut être qu'au delà de notre finitude, l'amour peut nous donner un sursaut d'énergie, plus de temps, d'espace.
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Dim 14 Oct - 21:15
@Lord: J'ai envie de répondre à plusieurs de tes affirmations:

pour avoir expérimenté 3-4 fois le polyamour (pas de critique dans la méconnaissance, donc), je peux assurer qu'il est pratiquement impossible de ne pas prioriser une relation sur une autre et c'est assez normal

Encore une fois, le polyamour n'est pas une pratique (comme la relation libre ou le libertinage par exemple), mais une orientation amoureuse. Tu ne l'es pas, puisque ta conception de l'amour c'est: Le partage est un principe positivement connoté et on peut à peu près tout partager, mais j'estime, pour ma part, que dans le cadre d'un couple, l'intimité, le corps, le coeur et sa partenaire, non.. Ce serait comme quelqu'un qui dirait "j'ai expérimenté l'homosexualité", ça n'a pas de sens. Tu es attirée par les femmes ou tu ne l'es pas.  A la limite, tu as vécu des relations homosexuelles. Donc ce qui est normal, à mes yeux, c'est que tu puisses penser qu'il est -pratiquement- impossible de ne pas prioriser une relation sur une autre.

on appelle aussi "anarchie relationnelle" un désordre général dans une relation et c'est ce que ceci m'inspire Laughing.

Tu peux en rire, mais l'anarchie relationnelle est une vraie réflexion sur la façon dont nous avons d'envisager les relations quelque qu’elles soient. Et il se trouve que je suis différente de toi et que non, je ne priorise pas une relation sur une autre, que ça soit de l'ordre de l'amitié, ou de l'amour, ni entre l'amitié et l'amour, pour une raison simple, c'est que je ne pose pas de limite aussi triviale à mes relations. Il n'y a pas d'un côté les amis, de l'autre les amoureuses, il y a uniquement les relations que je vis, que je perçois en interdépendance. Et la deuxième raison, c'est que je considère les personnes autonomes, indépendantes et responsables d'elles-même. Je peux prioriser l'urgence, l'état émotionnel de telle personne, je peux prioriser mon envie de voir telle ou telle personne, mais pas les relations ou les personnes entre elles. Pas quand il s'agit d'amour.

nous avons une relation principale,

Je vais un peu me répéter mais la relation principale n'est pas le polyamour et n'est pas une obligation. La relation principale est une forme de monogamie, sans exclusivité, à la limite. Et en tant que mono, on se tourne naturellement vers des relations principales lorsqu'on expérimente la relation libre.

avec laquelle on a passé du temps, en tête à tête, partagé des choses pendant un certain temps... puis une autre arrive. Nous avons un certain équilibre avec la première relation et nous la priorisons donc assez naturellement sauf retournement de situation particulier (et c'est là qu'on comprend assez aisément que plusieurs histoires à la fois, c'est beaucoup d'insécurités émotionnelles, d'incertitudes et de précarité sentimentale

Là tu parles d'attachement. L'attachement prend en intensité lorsqu'on passe du temps avec la personne, qu'on a partagé une certaine intimité, qu'on a crée du lien, plutôt qu'une personne qu'on vient de rencontrer, d'accord. Ça ne veut pas dire qu'elle sera plus importante que le reste. Et quand je suis amoureuse de plusieurs personnes, il n'y en a pas une qui a plus d'importance que l'autre. Si je suis amoureuse d'une femme, ce n'est pas pour elle que je renoncerai à mes rencontres, à tomber amoureuse, ni à mes rêves ou mes projets, ni à voir ma famille... Si on me demande de choisir entre la personne A ou B ou C et peu importe le nombre, je serai incapable de faire un choix, comme je suis incapable de faire un choix entre les femmes avec qui j'ai des relations amoureuses et les femmes de ma vie que je ne considère pas amoureuseusement. Et très heureusement, on ne me demande pas de le faire.

Ce qui sont, en soi, des règles préalables.

Si être sincère, respectueuse et communiquer sont des règles pour toi (pour moi ce sont des savoirs vivres et savoir être), alors, ce seront des règles sociales, des normes éthiques ou de valeurs, et elles ne s'appliquent pas uniquement à ma relation amoureuse, elles s'appliquent à toutes les personnes me fréquentant.

Arrivé.e à un certain age, on est avec quelqu'un et on se dit qu'on aimerait vivre ensemble, pourquoi pas acheter une maison et avoir des chiens. Des chats. Ou fonder une famille, avoir des enfants. Ce sont des projets de vie, de couple.

Je n'ai jamais eu envie de ces projets, et ça n'a pas grand chose à voir avec mon âge. Il y a des nenettes de 16 ans qui rêvent déjà de leur robe de mariée, et ben, j'ai pas non plus envie de me marier. J'ai eu des relations mono-exclusives qui ont duré plusieurs années, à aucun moment je n'ai eu envie de vie commune, d'enfant, de chien ou autre. Pas parce que je ne les aimais pas profondément, mais parce que ces projets là ne sont pas mes projets de vie. Ce n'est pas parce que je suis une femme que j'ai envie d'enfant, rien que ça. ET que je ne les souhaitais pas plus les vivre avec elles. Mes projets de vie, à la limite, c'est de voyager sans cesse, de découvrir le monde, de rencontre toujours de nouvelles personnes, de monter une association... mais pas la maison, le chien et le bébé, ni la vie de couple. Il se trouve que là, je suis avec une personne avec qui je peux me projeter dans la parentalité. Ce qui ne veut pas dire que c'est la seule femme que j'ai vraiment aimé, mais qu'avec cette personne là, j'ai cette projection là. Ce qui veut aussi dire que si on n'avait pas d'enfant, je n'en mourrai pas, ce n'est pas mon projet de vie.

Donc je n'aurai pas envie de faire des enfants avec toutes les personnes que j'aime, puisque de base je ne désire pas d'enfant. Avec elle, j'en ai envie. Ce qui n'enlève pas l'idée que je pourrai en avoir envie aussi avec une autre personne. Pareil pour tous les projets concernant la maison, le chien, le 4x4, la piscine etc...

En fait juste non, la vie de couple n'est pas une finalité pour moi. C'est une façon de vivre, une envie particulière, mais certainement pas la finalité de mes relations et mes sentiments.

Pragmatiquement et sans jugement, 50 ans, ça ressemble à quoi, un.e polyamoureux/se ? Dans plusieurs maisons, avec des enfants de plusieurs personnes ou aucun,...?

Et bien, tu peux lire l'expérience de Françoise Simpere qui vit très bien son polyamour avec son mari depuis bien des années. Il y a aussi des familles où il n'y a pas deux parents (comme le projette la norme sociale occidentale, un papa et une maman, ou un papa et un papa et une maman et une maman aujourd'hui), mais plusieurs référents parentaux, et pratiquant un métier où j'en connais presque un rayon sur l'enfant jusqu'à son âge adulte, je crois que j'aurai très exactement envie de faire la même chose.

Ses projets de vie auront-ils, finalement, tourné autour d'autre chose que sa personne ?

Est-ce négatif pour toi de se considérer individuellement? Est-il pour toi plus valorisant que ses projets de vie tournent autour de sa vie de couple? Moi je suis pour l'interdépendance.

De sa vie, qu'est-ce qu'il/elle aura construit (et je souligne le terme pour lui ajouter une certaine masse, histoire qu'on en nous sorte pas "des voyages et des moments heureux", je parle de quelque chose de durable et de battit dans le temps) de véritablement partagé ?

Parce que tu penses qu'un couple qui aura emménagé ensemble construise quelque chose de plus durable ou de partagé qu'un couple qui ont ensemble des projets multiples de voyage à l'étranger? Que partager de nombreux moments heureuses ça ne produit pas de masses? Qu'il n'y a rien de construit dans le fait de partager une passion, un développement personnel, une découverte personnelle, une façon de grandir ensemble, un amour et un attachement grandissant, une connaissance de l'autre plus fine, profonde, ou encore de se sentir si heureux de voir l'autre de plus en plus épanouit, de plus en plus heureux? Est-ce que la seule valeur d'un couple ou de l'amour ou des choses qu'ils partagent ou de l'intensité ou de la profondeur se mesurent à leur cohabitation ou à leur parentalité, ou à la consommation matérielle de leur couple? Je suis désolée mais j'ai beaucoup de mal à comprendre cette idée...

Quand on partage de l'amour entre des personnes, je ne crois pas qu'on ait besoin d'autre chose pour vivre des choses heureuses, durables, qui se battissent dans le temps, très vivante, quelque soit les projets communs entre ces personnes. Et je crois que la "vie de couple" comme valeur, c'est un jugement purement sociétale qui n'a rien d'une valeur nécessairement positive en soi, et c'est aussi ce qui donne plus de valeur à un couple plutôt qu'à l'amitié.

Avec toutes ces remarques sur le polyamour, j'ai bien envie de faire un post sur la mono-exclusivité et toutes les questions qui se posent pour moi quand j'envisage, moi, la mono-exclusivité sous l'angle de mon polyamour, et vous verrez, peut-être, que je suis loin de partager ce système de pensée et qu'en fait, on parle là de différences de fonctionnement, de façon de voir la vie, les relations, l'amour, de fçaon bien réelles. J'y reviens bientôt Wink.
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

le Lun 15 Oct - 23:21
Avec toutes ces remarques sur le polyamour, j'ai bien envie de faire un post sur la mono-exclusivité et toutes les questions qui se posent pour moi quand j'envisage, moi, la mono-exclusivité sous l'angle de mon polyamour

Donc, c'est à mon tour de poser des questions!

Lorsque j'aime quelqu'un, je considère que je lui dois du respect, et que je souhaite son bonheur. Et lorsque j'envisage le respect, j'envisage aussi sa liberté. Le contraindre ou lui interdire d'aller voir ailleurs, c'est lui ôter cette liberté (d'aller voir ailleurs mais aussi de me quitter), en plus de considérer que je suis la seule personne qui doit la rendre heureuse. Ce n'est plus de l'amour pour l'autre, mais de l'amour pour moi, parce que lorsque j'interdis, je ne le fais pas pour le bien être de ma nana, mais uniquement le mien, donc je me sens égoïste, et lorsque j'envisage que je suis la seule personne qui peut la rendre heureuse amoureusement, sexuellement, et que je dois lui suffire nécessairement, alors je me sens égocentrique. Je me sens pleinement en confiance lorsqu'une personne qui est avec moi ne l'est par aucune contrainte, ni aucun interdit, ni aucune obligation possible, ni aucun devoir conjugal, que d'être avoir moi parce qu'elle en a réellement envie.

Question: Comment parvenez-vous à envisager le bonheur de vos copines lorsque vous définissez pour elles-mêmes leur bonheur à travers des règles qu'elles ne doivent pas enfreindre? Comment envisagez-vous le respect, lorsque vous vous sentez contrainte de lui donner un cadre de couple posant des interdits et que vous l'empêchez de voir telle nana parce qu'il y a un risque et que vous n'avez pas confiance? Comment parvenez-vous à vous convaincre qu'une personne vous aime vous et rien que vous, puisque vous êtes contraints par des règles d'exclusivité et qu'elle n'a pas le droit de développer des relations amoureuses, sexuelles, avec les autres?

Ensuite, je pars du principe que l'attirance pour plusieurs personnes est naturelle, et que ce n'est pas seulement valable pour les polys ou les libertins. Dans ma vision, les monos sont monos parce qu'ils s'empêchent de vivre ces attirances, puisqu'ils les minimisent par rapport à des sentiments amoureux qui -pourtant- sont nés d'une attirance, d'abord. Comment savez-vous réellement que vous ne pouvez envisagez que d'aimer la personne avec qui vous êtes et que c'est la seule et unique, lorsque vous n'avez pas essayé de créer une relation avec les personnes qui vous attirent (comme une célibataire), et donc, que vous empêchez des relations de naître?

Dans ma vision des choses, le polyamour permet la sincérité, puisqu'il n'y a pas question d'exclusivité, donc de possessivité, il est donc plus facile d'exprimer toutes ses émotions et ses sentiments sans avoir peur de se faire juger. Hors, la monogamie, si. Il y a donc un bon nombre d'adultère, de trahisons, cachés par des mensonges, et ce, depuis la nuit des temps, parce qu'on évite de blesser la personne ou de se faire attraper. Et même, lorsqu'une mono éprouve une simple attirance pour une autre, elle en vient à remettre en question tout ce qu'elle éprouve pour une autre (est-ce que je l'aime vraiment?) parce que c'est vécu comme une horrible trahison, et encore plus, les gens lui affirment que, puisqu'elle est attirée par une autre, qu'elle a envie d'une autre, alors, elle n'est pas vraiment amoureuse ou quelque chose ne vas pas dans le couple, donc, elle culpabilise, met fin à la relation, ou devient infidèle. Ce qui prouve finalement que ce n'est pas parce qu'il y a des règles qu'elles ne sont pas enfreintes. Est-ce que du coup, créer des règles d'exclusivité n'est pas un sentiment illusoire de fidélité? A mes yeux, si une personne est réellement fidèle, mono, elle n'a pas besoin de règles ou de jalousie pour ne jamais être infidèles. Donc à mes yeux, une personne qui pose des règles et des interdits n'a pas confiance. Hors, pour moi, la confiance est la base d'une relation amoureuse saine et épanouie, ce que ne permet pas l'idée des règles d'exclusivité.

Dans les relations monos, on demande à aboutir la relation dans une vie de couple, qui devient le centre de la vie des deux conjoints (cohabitation, enfant, mariage, achat de maison etc...). On demande à l'autre d'être la seule et unique à ses yeux. N'est-ce pas un poids énorme sur les épaules d'un seul être humain, de devoir combler toutes les attentes, tous les besoins d'une personne? N'avez-vous jamais eu peur d'être quittée, trompée, parce que vous ne vous sentez pas "à la hauteur"? Aussi, comment est-ce possible de combler tous les besoins de la personne et toutes ses attentes, si on ne faisons pas tourner toute notre vie autour d'elle? Du coup, n'est pas de la dépendance et de l’assujettissement? D'autant que, ça amène à l'idée des concessions, ou à faire preuve de renonciation ou de résilience, donc de renoncer à une part de soi pour l'autre, un sens du devoir et du sacrifice, que j'ai du mal à mettre en lien avec de l'amour.

Finalement je me demande, la relation monogame n'est-elle pas pour beaucoup une relation à sens unique, autrement, le principe de donner pour recevoir? Comment vous sentez-vous lorsque vous donnez à l'autre, mais qu'il n'y a pas de retour? Quand vous dites "Je t'aime" à quelqu'un et qu'elle décide de ne pas vous répondre "moi aussi" parce qu'il le faut? Vous arrive-t-il de donner sans vouloir de retour, pour le simple plaisir de donner?
avatar
Localisation : angers
Age : 25
Messages : 4890
Date d'inscription : 29/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

Hier à 15:07
ALors je ne maitrise pas totalement l'art de citer, donc je vais copier-coller tes questions et y répondre de mon point de vue.
Sachant, que de base, ne comprenant pas le principe de jalousie, mon opinion sera vraiment, seulement, le mien.
Je répondrais surement pas à toutes tes questions ou interrogations, mais je vais essayer, c'est logique.

Comment parvenez-vous à envisager le bonheur de vos copines lorsque vous définissez pour elles-mêmes leur bonheur à travers des règles qu'elles ne doivent pas enfreindre? Comment envisagez-vous le respect, lorsque vous vous sentez contrainte de lui donner un cadre de couple posant des interdits et que vous l'empêchez de voir telle nana parce qu'il y a un risque et que vous n'avez pas confiance? Comment parvenez-vous à vous convaincre qu'une personne vous aime vous et rien que vous, puisque vous êtes contraints par des règles d'exclusivité et qu'elle n'a pas le droit de développer des relations amoureuses, sexuelles, avec les autres?

Je ne définie pas le bonheur de ma copine, c'est à elle de le faire, elle seule peut savoir ce qui va la rendre heureuse, les régles, comme tu dis, sont établies à deux en accord, sur discussion et débat, donc si de base elle sait que ces régles ne lui correspondent pas, partant du principe que une personne n'a pas besoin de mentir, elle me le dira.
Et je n'interdis jamais de voir une personne ou une autre, j’établis de base une confiance en ma copine, qui fait que si elle fait quelque chose qui me blesserait, je sais, j'espère, qu'elle viendra m'en parler. Je suis de celles qui pensent que on ne ment pas et on ose parler et ouvrir le débat et le dialogue.
Elle a le droit de les développer, sauf que je ne veux pas en faire partie. Je pense, oui, qu'on peux avoir des sentiments pour deux personnes, mais je suis de celles qui ont besoin, envie, de se sentir unique amoureusement parlant. Je fonctionne ainsi. Il y a toute sorte d'amour, mais être amoureux, c'est différent.


Comment savez-vous réellement que vous ne pouvez envisagez que d'aimer la personne avec qui vous êtes et que c'est la seule et unique, lorsque vous n'avez pas essayé de créer une relation avec les personnes qui vous attirent (comme une célibataire), et donc, que vous empêchez des relations de naître?


Alors personnellement, je vais dire par expérience. Pas en tant que poly amoureuse, mais dans mon vécu.
J'ai aimé et été en couple. Durant ces moments, je n'avais d'yeux que pour la personne, amoureusement parlant.
C'était même pas a se questionner si il y avait d'autres personnes, je ne me posais même pas la question.
Même si avant ce couple il y avait eu jeu de séduction, attirance envers une autre, cette envie s"était stoppée.
Et après ce couple, cette envie est revenue.
Parce que cette personne je ne suis pas amoureuse et je ne le serais surement jamais, mais je reste attirée, sauf que, quand je pense, je sais que je vais tomber amoureuse, inconsciemment, mon esprit, mon corps, mes envies, sont tout entier à une seule personne.


Est-ce que du coup, créer des règles d'exclusivité n'est pas un sentiment illusoire de fidélité? A mes yeux, si une personne est réellement fidèle, mono, elle n'a pas besoin de règles ou de jalousie pour ne jamais être infidèles. Donc à mes yeux, une personne qui pose des règles et des interdits n'a pas confiance. Hors, pour moi, la confiance est la base d'une relation amoureuse saine et épanouie, ce que ne permet pas l'idée des règles d'exclusivité.


Sur ce point la, je suis totalement d'accord avec toi, jusqu'à l'arrivée derniers mots Very Happy.
J'ai une confiance absolue en l'autre personne et n'impose pas de régles ou interdits.
(enfin si, je veux mon bonjour et mon bonne nuit, mais on ne parle pas de ce genre de régles Very Happy)
La personne connait ce qui pourrait me blesser, à elle ou non ensuite d'agir et parler en fonction de ce qu'elle veux faire en toute liberté.
Je suis du genre à ne pas trouver choquant que ma copine dorme dans le même lit qu'une autre femme, parce que je sais que ça ne dérapera pas, ou si ça dérape, qu'elle ne me le cachera pas.
En revanche, cela permet tôtalement de demander l'exclusivité, je m'entends, pour moi, monogame, j'ai dans l'idée que ma copine l'est aussi.
Si elle ne l'est pas, elle m'en aurait parlé.
Donc c'est des régles limite induite par notre monogamie partagée.

N'est-ce pas un poids énorme sur les épaules d'un seul être humain, de devoir combler toutes les attentes, tous les besoins d'une personne? N'avez-vous jamais eu peur d'être quittée, trompée, parce que vous ne vous sentez pas "à la hauteur"? Aussi, comment est-ce possible de combler tous les besoins de la personne et toutes ses attentes, si on ne faisons pas tourner toute notre vie autour d'elle? Du coup, n'est pas de la dépendance et de l’assujettissement? D'autant que, ça amène à l'idée des concessions, ou à faire preuve de renonciation ou de résilience, donc de renoncer à une part de soi pour l'autre, un sens du devoir et du sacrifice, que j'ai du mal à mettre en lien avec de l'amour.

On ne doit pas les combler à mes yeux, c'est pas un devoir, c'est un fait,
on les comble, ou on ne les comble pas, en fonction de qui on est.
c'est naturel. donc ce n'est pas un poids.
et parce que elle ne fait pas tourner toute sa vie autour de moi, elle n'a pas besoin de moi dans chacun de ses besoins non plus
un couple, c'est deux personnes et le couple, c'est pas juste le couple, on ne perds pas notre identité propre.
Et si on fais des concessions, c'est par envie, car le besoin d'être avec la personne devient plus grand que celui de garder cette concession, ce n'est jamais, à mes yeux, forcé.


Comment vous sentez-vous lorsque vous donnez à l'autre, mais qu'il n'y a pas de retour? Quand vous dites "Je t'aime" à quelqu'un et qu'elle décide de ne pas vous répondre "moi aussi" parce qu'il le faut? Vous arrive-t-il de donner sans vouloir de retour, pour le simple plaisir de donner?


ALors je préfère un non je t'aime qu'un je t'aime forcé. ENcore une fois, question d'honneteté.
personne ne ressent les choses de la même maniere, personne vis sa vie de la même maniere, et je n'ai pas honte de dire que j'ai souffert car je sentais que la relation n'allait plus dans les mêmes attentes et besoin et que bien qu'heureuses en couple, nous ne serions plus heureuses individuellement ou inversement et que j'ai fait le choix.
Et oui il m'arrive de donner sans rien attendre, tout simplement car j'y trouve un grand bonheur à donner et faire plaisir. et que rien dans la vie devrait être fait pour attendre une autre chose en retour
avatar
Age : 25
Genre : Non-binaire
Messages : 265
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

Aujourd'hui à 12:04
Merci pour ton partage et la sincérité de ta réponse Moox.

Sachant, que de base, ne comprenant pas le principe de jalousie, mon opinion sera vraiment, seulement, le mien.

Ton opinion est au contraire la bienvenue, je trouve ça très intéressant une mono-amoureuse qui n'adhère pas ou ne ressens pas la jalousie. Tu me fais penser à cet homme très bienveillant que j'ai vu un jour à la télé, et sa jolie histoire avec une polyamoureuse, où il n'était capable que d'être amoureux d'elle, tout en n'étant pas exclusif (donc, permettant à la femme polyamoureuse d'avoir d'autres relations sans que ça ne le fasse souffrir).

Je ne définie pas le bonheur de ma copine, c'est à elle de le faire, elle seule peut savoir ce qui va la rendre heureuse, les régles, comme tu dis, sont établies à deux en accord, sur discussion et débat, donc si de base elle sait que ces régles ne lui correspondent pas, partant du principe que une personne n'a pas besoin de mentir, elle me le dira.

Est-ce que les règles sont souvent discutés au début d'une relation monogame? J'ai l'impression que comme toute norme, la norme est défini par défaut, tandis que tout ce qui s'éloigne doit se dire. En l'occurrence, que dans ma vie affective, j'ai été plus amené à convenir des règles dans le cadre des libertés plutôt que lorsque j'étais dans des couples monogames.

Et je n'interdis jamais de voir une personne ou une autre

La monogamie n'induit-elle pas naturellement l'interdiction (à laquelle on adhère ou pas)?

je sais que je vais tomber amoureuse, inconsciemment, mon esprit, mon corps, mes envies, sont tout entier à une seule personne.

C'est intéressant ce que tu dis là, parce que dans le polyamour, on décrypte souvent cette énergie "nouvelle" où l'on tombe amoureux, dans l'impulsion d'une nouvelle rencontre. L'énergie y est très concentrique (elle dure environ 2 ans), puis, elle s'estompe et laisse place à un sentiment plus "stable", sain. Dans ce cas là, on pourrait l'associer à de la passion amoureuse (parce qu'il existe de multiple façon d'être amoureux).

J'ai une confiance absolue en l'autre personne et n'impose pas de régles ou interdits. [...]En revanche, cela permet tôtalement de demander l'exclusivité, je m'entends, pour moi, monogame, j'ai dans l'idée que ma copine l'est aussi.

J'ai encore du mal à faire la différence entre ne pas imposer de règles ni d'interdit, et le fait que de toute façon, si la personne n'était pas exclusive, il y aurait un sentiment de trahison (comme si la règle et l'interdit avait été malgré tout défini, quand bien même elle ne serait pas verbalisée).

Pour expliquer, je différencie la monogamie de fait et la monogamie de principe. La monogamie de fait n'a pas besoin de règle ni d'interdit: elle est naturelle, les personnes s'y sentent donc pleinement libre. La personne est monoamoureuse et/ou monosexuelle, et donc n'aura de toute façon pas d'attirance ni d'envie envers d'autres personnes, parce que c'est son réel fonctionnement. En revanche, la monogamie de principe, c'est une monogamie qui s'instaure par la règle, la convention, la norme. Comme les personnes ne sont pas réellement monoamoureuse, monosexuelle, elles ont besoin d'interdit pour ne pas avoir d'autres relations sexuelles, d'autres relations amoureuses, par le principe (risque d'adultère élevé).

On ne doit pas les combler à mes yeux, c'est pas un devoir, c'est un fait,
on les comble, ou on ne les comble pas, en fonction de qui on est. [...]et parce que elle ne fait pas tourner toute sa vie autour de moi, elle n'a pas besoin de moi dans chacun de ses besoins non plus
un couple, c'est deux personnes et le couple, c'est pas juste le couple, on ne perds pas notre identité propre.

Pourtant, c'est ce qui est sous entendu lorsque l'on place le couple comme relation "prioritaire", et que l'on considère qu'être amoureuse c'est "plus" que d'être "amie". Dans cette configuration où l'on demande à "je peux assurer qu'il est pratiquement impossible de ne pas prioriser une relation sur une autre et c'est assez normal" ou bien "D'autant plus qu'une relation amoureuse demande généralement plus d'investissement et de temps qu'une relation amicale ou même familiale.".

Toi tu parviens à trouver cet équilibre parce que tu ne considères pas ta relation de couple comme le centre de ta vie, et pas non plus comme une relation qui a plus d'importance qu'une autre, je trouve. Ce qui n'est quand même pas, avouons le, le cas de beaucoup de monogames.

Merci Moox!


Contenu sponsorisé

Re: Plutôt polyamour ou monogamie, le partage ou l'exclusivité ?

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum