Plur'ielles : Forum lesbien, bi, trans, queer et +
Bienvenue sur Plur'ielles Smile !

Marre des sites de rencontre où rien de profond ne s'échange, envie d'un endroit virtuel où vous vous sentez "chez vous", avec du vrai contenu et où vous pouvez tisser de nouvelles amitiés, parler de tout avec plusieurs centaines de membres de toute la francophonie, en toute sécurité ? Vous êtes au bon endroit !

Plur'ielles (ex "Le Monde est Lesbien") compte plus de 2300 membres, près de 300 000 messages échangés et plus de 100 posts publics par jour. C'est une safe zone où femmes, trans, genderfluids et non-binaires sont libres de s'exprimer en toute liberté et de rencontrer de nouvelles personnes en se basant sur le fond... et pas uniquement sur la forme.

Êtes-vous prêt.e pour l'aventure Wink ?
Connexion
Derniers sujets

Partagez
Aller en bas
Mrs.Robot
Age : 26
Genre : Non-binaire
Messages : 281
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Sam 24 Mar - 0:15
Il y a toujours eu une question sur laquelle je n'ai jamais réussi à trancher. Celle où, dans un couple, vous n'êtes ni le partenaire 1, ni le partenaire 2, mais le partenaire 3. L'amante, l'intruse, la maîtresse, appelez ça comme vous le souhaitez.

Dans la première relation exclusive où j'ai appris l'existence d'une autre femme, j'ai ressenti énormément de colère, envers tout le monde. Puis, ma colère était uniquement dirigée vers la personne responsable: celle qui m'a menti.

Puis, je me suis retrouvée dans le rôle où je pouvais être celle qui a une autre relation que la personne avec qui j'étais. Je n'ai rien fait.

Relations exclusives passées, je me suis retrouvée à plusieurs moments dans ce potentiel rôle de l'amante, l'intruse, la maîtresse. Celle qui fout le doute. Celle dont on a honte, celle dont on a peur parce que les sentiments que vous avez pour elle peut briser votre couple si bien établi. Celle qui fout le bordel dans votre tête. Mais je ne parvenais pas à franchir le cap ou tenter le diable complètement.

Puis un jour, j'ai couché avec une femme qui était en couple, mais qui avait besoin d'aller voir ailleurs. C'était purement sexuel. Ça s'est passé à la tombée de la nuit et on s'est oubliée au petit matin.

Est-ce que je me suis sentie coupable? Je dois avouer que non. Je ne me sentais pas responsable de ses actes à elle, mais uniquement des miens. Hors, je considérai n'avoir aucune responsabilité ni devoir rien à personne. Coucher avec cette femme n'avait aucun impact sur ma vie ou une personne qui m'est chère. Elle le voulait, je le voulais aussi. C'était une inconnue et elle ne faisait pas partie de ma vie. A mes yeux, la seule responsable d'une souffrance potentielle, c'était elle envers sa copine. Si c'était à recommencer, je recommencerai.

Sauf que. Autant, quand c'est une parfaite inconnue, je ne me sens pas plus redevable que ça et je n'ai pas la tête à faire la leçon à une adulte responsable et consentante. Autrement "je ne suis pas ta mère" et tu fais ce que tu veux. Mais quand ça concerne des gens proches, j'ai plus de mal.

Actuellement, il y a deux personnes avec qui je crèverai d'envie de faire l'amour. C'est un peu plus que sexuel, elles m'attirent pour ce qu'elles sont. Je ne veux pas non plus me marier avec, j'ai juste envie de ressentir leurs corps. Parfois j'ai envie de les embrasser. De leur dire qu'ils me plaisent et m'attirent. Leur glisser des mots pas catholiques. Parfois j'ai envie de coucher avec eux. Il y a une part de moi qui me dit "Rien à foutre, si vous en avez envie, faites le". Et une part de moi qui me dit "C'est pas bien". Mais pourquoi au juste cette petite voix? Qu'est-ce que ça change d'une parfaite inconnue?


Je ne veux pas particulièrement qu'on me dise quoi faire ou qu'on me juge de connasse. Mais je me demandais:

Que pensez-vous de ces femmes ou de ces hommes, qui sont les amant(e)s non désiré(e)s?
L'avez-vous déjà été?
Quelle responsabilité pensez-vous que ces femmes ou hommes ont? Pensez-vous qu'ils en ont?
Pour vous, qui est coupable de la souffrance de la personne trompée? L(e)a partenaire? L'indésiré(e)? Les deux?
Que faites-vous quand vous rencontrez une personne qui vous attire fortement, avec qui vous avez fortement envie de partager votre intimité, mais qui s'avère dans un couple qui ne permet pas d'avoir des rapports avec d'autres personnes?
avatar
Invité
Invité

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Sam 24 Mar - 19:49
Je l'ai été au tout début de ma sexualité, j'avais la conscience tranquille
quand on à commencé elles n'étaient plus ensembles, quand on a continué, si.
C'était tellement bon, je découvrais le corps d'une femme, j'adorais ça.

je ne connaissais pas cette personne, je n'avais donc, à mes yeux, aucun soucis de conscience, vraiment.
Puis j'ai rencontré cette femme et j'ai ouvert les yeux, cela reste quelque chose qui pour moi ne se fait pas.
Après je pense réellement que ce n'est pas de notre responsabilité, elle est de celle qui est en couple.
Par contre je n'aurais jamais pu si j'avais connu dés le début la personne, car cela ressortait de ma responsabilité.

Si jamais aujourd'hui je rencontrais quelqu'un qui était en couple, malgré l'attirance suprême entre nous, je ne me permettrais pas de rentrer dans le jeu de séduction qui amene ou non au plaisir dénudée, par bonne conscience. elle devra choisir, et je ne veux pas être source de prise de décision à sa place Smile
Night
Localisation : Stras'
Age : 26
Genre : Extraterrestre
Messages : 38
Date d'inscription : 14/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Ven 17 Aoû - 17:37
J'ai été l'amante d'une femme en couple pendant un certain temps. Compte-tenu de ce qu'elle me racontait, j'ai exigé, à un moment donné, pour qu'elle soit en accord avec elle-même, qu'elle avoue notre relation à sa petite-amie. Au mieux, elle finirait avec moi, au pire, elle resterait avec sa copine avec qui elle était depuis des années. Elle a refusé. Dans un premier temps, je n'ai pas réagis. Et puis ça devenait de plus en plus insoutenable, d'autant que, malheureusement pour moi, j'avais développé des sentiments. Sentiments que je regrette amèrement, non pas à cause de la situation, mais pour la personne en elle-même. Bref. On a arrêté la relation "adultère" en très mauvais termes. Les disputes ne manquaient pas et plus on se disputaient, plus mon rôle d'amante me conférait un statut inférieur. Sa copine a finalement été mise au courant. Par moi-même, par simple vengeance. Évidemment je ne suis "que" l'amante, mais je n'avais pas à être traitée comme un chien. Finalement, elles sont restées ensemble. Tant mieux je dirais. Cet adultère a peut-être permis de les re-rapprocher, j'en sais rien. On a coupé les ponts. Un an plus tard elle est revenue pour s'excuser. Mon ego l'a renvoyée aussi sec.

Je vais répondre aux questions en sachant que, pour ma part, je n'ai que peu de scrupule à désirer une femme en couple.

*
*    *

Que pensez-vous de ces femmes ou de ces hommes, qui sont les amant(e)s non désiré(e)s ?
Que devrais-je en penser ? Ils sont comme toi, comme moi, comme les autres.

L'avez-vous déjà été ?
Cf. plus haut. J'ai été l'amante, la personne trompée. Et la personne qui trompe.

Quelle responsabilité pensez-vous que ces femmes ou hommes ont ? Pensez-vous qu'ils en ont ?
Bien sûr qu'ils en ont.

Pour vous, qui est coupable de la souffrance de la personne trompée? L(e)a partenaire ? L'indésiré(e) ? Les deux ?
Les deux ? Non. Les trois. La première, pour ne pas assez communiquer avec son partenaire ou ne pas avoir vu les premiers signes avant-coureurs parce qu'aveuglée par la routine. La deuxième pour ne pas avoir lutté et essayé de sauver son couple en communiquant. Et la troisième, tout simplement pour son manque de morale.

Que faites-vous quand vous rencontrez une personne qui vous attire fortement, avec qui vous avez fortement envie de partager votre intimité, mais qui s'avère dans un couple qui ne permet pas d'avoir des rapports avec d'autres personnes?
Je lui laisse le choix sans renier mon attirance et mes envies. Il me semble que chaque individu est libre de faire ce que bon lui semble, même s'il s'agit de céder à une faiblesse ou une pulsion.
Lord
Administratrice
Localisation : Belgique
Age : 30
Genre : Extraterrestre
Messages : 1450
Date d'inscription : 05/09/2011
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.plur-ielles.com

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Sam 18 Aoû - 0:07
Que pensez-vous de ces femmes ou de ces hommes, qui sont les amant(e)s non désiré(e)s?

Je n'en pense grosso-modo rien, dans le sens où chacun.e est responsable de ses actes. Mais cautionner est évidemment une limite que je ne pourrais franchir au risque d'être en désaccord avec ma conscience. J'ai évolué sur cette question là : par le passé, j'étais totalement indifférente. Mais sans avoir (à ma connaissance) à vivre le malheur d'une trahison, aujourd'hui, j'ai développé une empathie envers le/la lésée qui m'empêche de ne pas me positionner. Ainsi, je considère l'individu qui a droit au respect en toute circonstance, mais je n'ai pas de respect pour la position car je ne peux m'empêcher, pour ma part, de penser celui/celle du couple qui, peu importe ses failles ou ses insuffisances dans le regard de son/sa partenaire, ne mérite pas cette trahison là.

L'avez-vous déjà été?

Oui. Je l'ai été. J'étais plus jeune, moins réfléchie mais cette position m'a cependant appris. Au-delà de l'aspect strictement moral, cette position est aussi délicate à gérer au quotidien pour ses propres émotions (si on n'est pas complètement détaché. Mais si la relation est entretenue, c'est assez peu envisageable) et bien souvent, pour diverses raisons, on n'y "gagne" pas.

Quelle responsabilité pensez-vous que ces femmes ou hommes ont? Pensez-vous qu'ils en ont?

Ça dépend. Mais la responsabilité est avérée. Que ce soit le mari infidèle qui trompe sa femme avec la secrétaire qu'il a "chassée" ou la secrétaire qui trompe son mari avec son patron qui l'a chassée, c'est un peu "chou-vert/vert-chou" et le résultat est substantiellement le même : il y a une couille dans le pâté.
Ce n'est pas parce que la personne qui entretien une relation avec la personne engagée ailleurs est une personne "tiers" pour la personne lésée qu'elle n'a pas de responsabilité. Ça, c'est une vision, à mon sens, un peu trop étriquée et individualiste qui ne prend pas la situation dans son ensemble. C'est comme si je disais "Oh, je vais aller faire un tour avec cette voiture, faire les courses, elle ne m'appartient pas mais on va dire qu'on s'en fout du propriétaire". Je caricature, bien sûr, mais on voit bien le côté un peu absurde ou on "tronque" la réalité pour pas se retrouver en situation d'inconfort de conscience, quoi. Après, par contre, devant le fait accompli, il y a quand même une chose évidente, c'est que la personne "tiers" n'a absolument aucun contrat de scellé, qu'il soit tacite ou explicite, avec la personne lésée. Et là, évidemment, ça signifie que dans le chef des partenaires trompés, y a un souci tout à fait terrible de clairvoyance lorsqu'il y a menace, coups et blessures sur la personne tiers, harcèlement, etc. Les explications doivent se chercher chez le partenaire qui foire ailleurs. Mais ça ne veut absolument pas dire que la personne "tiers" n'a pas de responsabilité : elle en a une, dans l'absolu, mais évidemment moins impactante, pour la partie lésée, que celle de son/sa partenaire.

Pour vous, qui est coupable de la souffrance de la personne trompée? L(e)a partenaire? L'indésiré(e)? Les deux?

Les deux. Évidemment, bien davantage le/la partenaire, auquel/à laquelle la personne lésée est émotionnellement et sentimentalement attachée, mais fondamentalement, les deux, car sans cet autre individu (qui parfois, ajoute la souffrance supplémentaire à l'égo, le fameux "que a-t-il/elle de plus que moi?/que t'a-t-il/elle offert de plus que moi?") la trahison n'aurait sans doute pas eu lieu. La personne tiers n'est pas virtuelle : c'est aussi quelqu'un. Et même si cette personne est insignifiante "cognitivement" dans l'existence de la personne lésée, la dévastation qu'elle engendre par l'acte qu'elle a commis avec le/la partenaire infidèle est réelle.
Si un ami te tire une balle dans la jambe en tenant le revolver avec une personne que tu ne connais pas, crois-moi que tu te souviendras assez de ses caractéristiques pour en faire un sale portrait robot à la police...

Que faites-vous quand vous rencontrez une personne qui vous attire fortement, avec qui vous avez fortement envie de partager votre intimité, mais qui s'avère dans un couple qui ne permet pas d'avoir des rapports avec d'autres personnes?

Je me discipline. Cette femme n'est pas célibataire ? Elle est en couple avec quelqu'un d'autre et n'envisage pas, avant que nous entamions quoique ce soit, de rompre avec son/sa partenaire ? Je passe.
Est-ce que j'ai envie de mettre un coup d'épée dans un truc qui vit peut-être un creux de vague mais qui peut rebondir ? Non. Est-ce que j'ai envie de sortir avec quelqu'un qui ne trouve rien de mieux à faire que de trahir son/sa partenaire au lieu de prendre ses responsabilités et de clore la relation ? Non. Est-ce que j'ai envie de sortir avec quelqu'un avec qui ça pourrait commencer sur une trahison et se finir sur une trahison ? Non. Elle peut être très attirante, très intéressante, mais elle est aussi très prise, très en bordel relationnel et on ne construit rien de viable sur des terres qui tremblent. Pas le bon timing.

_________________
Aucun chemin fleuri ne conduit à la gloire.
missie58
Age : 32
Messages : 15
Date d'inscription : 22/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Jeu 23 Aoû - 20:45
j 'étais en couple j 'etais heureuse je ne peux même pas dire que je m'ennuyait
un soir  on est sortie chez un amie qui fêtait son anniversaire et il y avait elle ......  on ne s 'est pas quitter des yeux de la soirée ,je me souviens encore de sa manière de remettre ses cheuveux court  en place c'etait une sorte de pulsion physique fusionnel
je n'ai rien fait j ai mille fois eue envie de la contacter et me suis raviser  ,
pour ma part ça reste encore très intense dans mes souvenirs car je n 'est justement rien fait elle est restée un fantasme  
peut être  que de passer le cap de tromper ma copine  qui aurait  fait milles histoires dans notre cercle d amies aurait peut être tout gâché je pense qu'il n'est peut être pas toujours bon de succomber a ses envies mais en aucun cas ses pulsions ses envies doivent être jugée
missie58
Age : 32
Messages : 15
Date d'inscription : 22/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Jeu 23 Aoû - 22:12
j 'étais en couple j 'etais heureuse je ne peux même pas dire que je m'ennuyait
un soir  on est sortie chez un amie qui fêtait son anniversaire et il y avait elle ......  on ne s 'est pas quitter des yeux de la soirée ,je me souviens encore de sa manière de remettre ses cheuveux court  en place c'etait une sorte de pulsion physique fusionnel
je n'ai rien fait j ai mille fois eue envie de la contacter et me suis raviser  ,
pour ma part ça reste encore très intense dans mes souvenirs car je n 'est justement rien fait elle est restée un fantasme  
peut être  que de passer le cap de tromper ma copine  qui aurait  fait milles histoires dans notre cercle d amies aurait peut être tout gâché je pense qu'il n'est peut être pas toujours bon de succomber a ses envies mais en aucun cas ses pulsions ses envies doivent être jugée
kat77bis
Localisation : IDF 77
Age : 37
Genre : Extraterrestre
Messages : 152
Date d'inscription : 29/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Mar 20 Nov - 0:57
Bon, je vais essayer de pas juger pour le coup car je sais que c'est pas bien Shocked et que ça ne sert à rien, mais pour moi le sujet est chaud patate!!!

J'ai vécu deux relations de 6 ans et elles ont toutes les deux fini parce qu'un tiers est venu foutre le bordel et que mes ex compagnes on fait le choix d'arrêter la relation pensant que ça serait plus vert à côté alors que ça n'a pas mieux marché...BREF. Donc la première avec tromperie et la 2ème a eu le respect de partir avant de trahir, connaissant mon passé et mes opinions sur le sujet!

Ma dernière relation qui à durée un peu moins d'un an, était basée sur des mensonges et des infidélités répétées que sans routine, ni problèmes et malgré une bonne communication et un "contrat" clair, je n'ai pas vu venir. J'ai pardonné la 1ere car elle a eu l’honnêteté de me dire qu'elle avait fait une connerie, ok c'est humain, c'était le début, c'est pas toujours claire et simple surtout qu'elle était en train de divorcer, mais c'était pas avec son ex femme mais avec son ex maîtresse...Elle disait avoir changé et modifié sa manière de concevoir le couple, l'amour etc...et j'ai voulu y croire...bref

Donc pour moi, la fidélité dans un couple monogame qui a bien établis ce fait, c'est la base de la relation avec la confiance. Après oui l'erreur est humaine et si ça arrive, il faut savoir se remettre en question et voir le contexte pour décider si l'on poursuit ou pas d'un côté comme de l'autre. Parfois même si c'est dur a accepter, on peut être autant responsable si c'est pas plus, que la personne qui a elle même trompée, car elle a pu se sentir complètement délaissé etc et incomprise, sans que l'autre ne bouge le petit doigt pour x raison... travailler biensure!

Voila donc mes réponses :

Que pensez-vous de ces femmes ou de ces hommes, qui sont les amant(e)s non désiré(e)s?

je comprends pas la question, je ne vois pas comment les amant(e)s ne seraient pas désirés, sinon ça n'arriverait pas...si le non désiré est pour le ou l trompée, alors je dirait que c'est un dommage collatérale et qu'avant de se lancer dans ce genre de truc il vaut mieux y réfléchir à deux fois! On n'est pas des animaux, on a un cortex cérébrale et une conscience et empathie normalement bien développé, donc les pulsion ca existe, mais on est pas obligé d'y céder! sinon on en parle, il y a un PB...

L'avez-vous déjà été? NON

Quelle responsabilité pensez-vous que ces femmes ou hommes ont? Pensez-vous qu'ils en ont?

Personnellement j'en veux plus à la personne qui a cédé si elle n'a pas de vraies bonnes raisons qu'à l'amant(e). C'est une tentation, un facteur déclenchant, mais ça permet aussi de signaler un pb ds le couple ou affectif chez le partenaire...
Par contre, clairement il y a une responsabilité, si tu pètes un couple en difficulté ou non, fait en sorte que ça soit pas pour rien! Pour un coup d'un soir ya plein de sites et de gens célibataires, merci de vous mettre à la place des gens qui essayent malgré la complexité de la vie et de l'humain, de construire qq chose à 2 et d'y croire. Donc si je dois me positionner dans le rôle d'une future amante, c'est qq chose de bien réfléchis et pas pour un coup d'un soir y a trop de conséquences et j'aime pas faire à autrui ce que je n'aime pas qu'on me fasse...Après je valide ce que dit LORD: si ça se passe comme ça avec elle je ne suis pas à l'abri de le subir moi meme un jour, ai je envie de ce genre de relation??? A réfléchir.

Pour vous, qui est coupable de la souffrance de la personne trompée? L(e)a partenaire? L'indésiré(e)? Les deux?

Les 3! Ca vient réveille des blessures et chatouiller l'égo du partenaire trompé! En effet qq un qui a suffisamment travaillé sur le détachement peut repartir assez vite sans trop de dégâts grâce à sa capacité de résilience. Mais c'est jamais agréable quand même sur le coup et le travail de deuil prend un minimum de temps!
Mais nous sommes tous auteurs et compositeurs de notre propre souffrance, à nous de savoir gérer nos blessures et d'y faire face de la meilleure manière qui soit avec ce que l'on est et ce que l'on a, à ce moment là!
Maintenant si les "tentatrices" pouvait éviter de provoquer ce genre de situation, ainsi que les compagne en doute ou mal de sensation, ça serait bien qd même Voui

Que faites-vous quand vous rencontrez une personne qui vous attire fortement, avec qui vous avez fortement envie de partager votre intimité, mais qui s'avère dans un couple qui ne permet pas d'avoir des rapports avec d'autres personnes?

limite avant tout, don't TOUCH, après je sais que les valeurs de chacun peuvent être différentes mais voila ma façon de penser.

Sujet chaud bouillant mais intéressant, j'espère que j'ai pas été trop vache, MERCI MRS ROBOT
kat77bis
Localisation : IDF 77
Age : 37
Genre : Extraterrestre
Messages : 152
Date d'inscription : 29/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Mar 20 Nov - 0:59
Après il y a aussi les personnes qui différencie le sexe et l'amour et ne considèrent pas ça comme une tromperie, mais c'est encore une autre histoire...et deux fonctionnements différents et incompatibles...
Bad Brain
Localisation : 77
Age : 28
Genre : Cis
Messages : 107
Date d'inscription : 03/11/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Mar 20 Nov - 3:15
Perso, je penses que c'est le genre de sujet à abordé dès le début d'une relation et qu'il faut aussi faire des mises à jour sur le sujet au fil du temps....
C'est bien connu , tu rencontre quelqu'un à un moment T ou les 2 ont la même façon de voir les choses sur certains points , mais avec le temps les gens évoluent et des fois faut faire un débriefing....

L'important selon moi , au delà des affinités et tout ( car je ne pense pas qu'il faille être raccord sur la majorité des choses pour être en couple , cela prépare à mon sens le terrain aux divergences d'opinion et de goûts à venir ) , c'est la communication même si c'est pas facile !

Après , à l'heure actuelle , je ne me verrai pas tromper ou avoir une relation libre pour plusieurs raisons :

1 : J'essaye vraiment de ne pas faire aux autres ce que je ne voudrais pas ce que l'on me fasse , j'ai un ego assez développé pour respecter certains principes...

2 : Ça me ferrait quand même quelque chose que quelqu'un d'autre accède à l'intimité de ma compagne ( le jour ou j'en aurait une en tout cas  Wink ) étant donné que personnellement je ne suis pas du genre à manger dans l'assiette des autres  Laughing , moi j'aime bien mon assiette , je la garde et les autres font avec ce qu'ils ont ^^

Nan plus sérieusement , étant donné que je donnerai ma confiance à ma compagne pour ce qui est d’accéder à ma salle de jeux ...ce qui à mon sens ne se fait pas toujours "à la légère" selon le vécu de chacune ; ça me ferrait vraiment mal qu'elle aille voir ailleurs ...

3 : La santé : je n'aurais pas confiance à l'idée de batifoler à droite à gauche et de ramener des potentiel herpès , chlamydia , mycose et ist en tout genre dans le lit avec ma copine ... Après je sais qu'on peut aussi b**ser safe entre nana , mais si c'est pour se coltiner les gants , les digues dentaires et toute l'angoisse at vitam eternam... perso je passe mon tour  Laughing

Après je dis çà maintenant mais peut être que je changerais d'avis la dessus un jour et que j'aurait une relation libre avec une future compagne ... j'ai pas une boule de cristal....
Mais en tout cas , à l'heure actuelle , je pense que c'est beaucoup d’énergie , de temps , d'attention , et de risques sanitaires déployés au dépend de sa potentielle âme sœur...
Mrs.Robot
Age : 26
Genre : Non-binaire
Messages : 281
Date d'inscription : 12/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Sam 22 Déc - 14:06
Merci pour vos réponses à toutes, bien étayées et qui montrent vos expériences et une vraie réflexion sur le sujet.

Ce n'est tout de même pas si facile à trancher. Il y a beaucoup la question des valeurs du couple et de l'amour qui reviennent et de sa responsabilité morale individuelle et collective.

Ce qui me venait à l'esprit c'est qu'au pire, je ne voudrais pas d'une relation amoureuse avec une personne qui ne respecte pas ses propres valeurs (si elle se dit monogame mais qu'elle est capable de tromper). Mais j'ai tellement désacraliser la relation sexuelle que je pense mon avis tronquée. Je vais prendre un exemple un peu caricatural mais par exemple, si une amie est interdite de sortir avec d'autres amis parce que son copain ou sa copine lui interdit, j'en aurai pas grand chose à foutre de l'inviter à boire des verres, bien que du coup je l'incite à ne pas respecter ses engagements, je ne suis de toute façon pas de bases en accord avec les valeurs de la personne qui a posé l'interdit.

Donc j'imagine que pour les relations sexuelles c'est pareil. De base, je ne suis pas en accord avec l'interdit qui est posé donc il m'est difficile aujourd'hui de faire preuve d'empathie (sur l'acte sexuel, pas l'acte de tromper). Ce qui provoque des incohérences dans ma façon d'envisager la situation. Par exemple:

Ça me ferrait quand même quelque chose que quelqu'un d'autre accède à l'intimité de ma compagne ( le jour ou j'en aurait une en tout cas  Wink ) étant donné que personnellement je ne suis pas du genre à manger dans l'assiette des autres

Ca c'est un présupposé avec lequel je suis en désaccord parce que je ne me considère pas propriétaire d'un humain, ni de son intimité, donc je ne vois pas de contraintes morales à coucher avec quelqu'un quelque soit sa situation.

étant donné que je donnerai ma confiance à ma compagne

Par contre, la question de confiance qu'on accorde à quelqu'un, et de respect de la confiance qu'on nous accorde, le sentiment de trahison, je saisis.

En même temps, est-ce que l'amante ne fait pas une fleur à la personne trompée en révélant la vraie nature de sa compagne qui est incapable de respecter ses engagements alors qu'elle ne veut pas être en couple avec une personne infidèle? Very Happy
Sheena.
Localisation : Montpellier
Age : 21
Messages : 260
Date d'inscription : 29/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

le Dim 23 Déc - 14:32
Je pense que l'on prend le problème à l'envers.

Je n'ai jamais réellement compris pourquoi est-ce que l'on blâme systématiquement l'amante. Je le vois souvent, d'ailleurs, dans mon travail. Alors qu'au final, selon le contexte elle est aussi une << victime >> si la personne avec lequel elle partage un bout de chemin lui a menti, ou caché certaines choses. Ou dans d'autres cas, elle n'est pas responsable du fait que sa partenaire d'une ou plusieurs nuits, trompe sa femme ou sa petite-amie.
Et même si je conçois lorsque l'on m'explique que << si elle sait que la femme est mariée, elle n'a pas à le faire >> Soit, mais dans tous les cas, une femme qui est dans l’otique de pouvoir tromper sa partenaire le fera, avec ou sans elle. Après, c'est une question de miroirs, si on est capable de se regarder en sachant que l'on picore dans un nid déjà prit. Et chacun sa vision sur cela, il n'y a pas de bonne ou mauvaise réponse.


Je n'ai rien contre le fait que l'on puisse partager ou non sa partenaire, ou être plus libertin ou qu'importe le terme employé. Chacun est comme il est, chacun sa conception de la chose, mais tout doit être clarifié lorsque l'on aborde une éventualité de couple pour être sûr que cela soit bien sur la même longueur d'onde. L'honnêteté, tout simplement. Et l’entièreté de rester fidèle à ses valeurs, ses principes, sa manière d'être, tout simplement. Et il en va pour tout, pas que sur la fidélité. Une femme qui me dit directement qu'elle est comme telle et comme telle gagnera énormément dans mon estime. Et si je décide de m'y engager quand même, je ne serai pas à plaindre, car je savais qu'elle était ainsi.

Ma femme ne sera pas ma propriété, ce n'est ni un objet ni une chose. D'ailleurs ma conception d'un couple est plus << deux êtres libres qui décident d'être libre ensemble >>, je sais très bien que cela peut arriver, d"un coup, parfois on se révèle plus tard, parfois on se découvre des années encore après, parfois on ne contrôle pas tout... Je demande juste la franchise, de me dire. Même si cela me fera mal, je préfère une vérité qui me blesse à un mensonge qui détruit.


Contenu sponsorisé

Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité? Empty Re: Amante, intruse, maîtresse... quelle responsabilité?

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum